Articles

04/10/09 (B519)  ALERTE ROUGE pour les jeunes incarcérés à Gabode. Cris de rage des adolescents séquestrés à Gabode : insupportables humiliations pour l’UAD

Jusqu’à présent on n’arrive pas à comprendre comment des mineurs, incarcérés par séquestration et isolés dans un hall, ont appris que l’UAD s’était rendue en pompe à la Chambre de Commerce et d’industrie sur invitation de l’Ambassade des Etats-Unis et d’IOG.

Pourtant, hier soir 3 octobre 2009, ces jeunes n’ont pas pu voir la télévision avec Ismaël Guedi et Ahmed Youssouf et leur armada.

Après une enquête musclée, il s’est avéré qu’un groupe de policiers, qui écoutaient la BBC ont mis leur radio un peu trop fort ce qui a permis à ces jeunes d’entendre Kaltoum (la spécialiste de la grippe aviaire) faire les éloges du premier contact entre un ancien tortionnaire de la Prison de Gabode puis Ministre, actuellement député RPPiste Commandant Dini de la SDS et deux partis de l’Opposition.

Le seul absent est le MRD, qui est considéré comme membre des El Sabaab de Djibouti, cosignataire régulier des Communiqués de l’UAD, était le Professeur Souleiman Farah London Vice-président du MRD. Il a été mis à l’écart.

On comprend actuellement, pourquoi Ismaël Guedi et Ahmed Youssouf ne viennent plus assister aux procès du MRD contre l’émission d’un Faux document pour interdire leur Parti et leur Journal.

Faut-il rappeler aux amerloques, que le Parlement de l’Union Européenne avait exigé du Gouvernement Djiboutien qu’il accorde au Parti d’Opposition le MRD le droit d’exercer en toute Liberté ses activités politiques en République de Djibouti.

Eh oui, après la division des Tribunaux Islamiques Somaliens au Sheraton Hôtel par l’ennemi juré des Somalis : IOG avec l’appui des Nations Unies, nous assiston maintenant à la division de l’UAD grâce aux financements du Fonds pour la « démocratie au service de la dictature » de l’Ambassade des Etats-Unis

Tôt ce matin des cris de rage fusaient de la prison de Gadobe.

Que c’est dur d’entendre les cris de ces mineurs déjà traumatisés par les tortures physiques.

Ismaël Guedi et Ahmed Youssouf sont considérés par ces jeunes comme des traîtres, qui auraient déjà donné leur accord pour un troisième mandat au dictateur IOG, alors que ce dernier continue à séquestrer pour six mois plus de 180 jeunes et des mamans séparées, voir isolées de leur mari dans des caches à Nagad et dans des conditions lamentables et non sécuritaires le soir.

Même le cousin d’Ismaël Guedi pourrit dans la cellule des ivrognes et des drogués alors que c’est un citoyen correct sérieux et dynamique.

Il ne faut surtout pas oublier la manière policière qu’IOG utilise pour mettre à genou le vieux Ismaël Guedi.

Un bourreau de Gabode
qui ne supporte pas les cris des enfants.

04/10/09 (B519) Les traits de l’Erythrée : Chaque citoyen doit dénoncer les chrétiens ! (NewsPress.fr)

Des appels à la délation ont provoqué une véritable panique chez les chrétiens qui doivent désormais se cacher de tous car ils ne sont plus en sécurité nulle part. Depuis le 6 septembre, le gouvernement érythréen pousse la population à dénoncer les églises « illégales » à la police au travers d’une campagne médiatique.

En 2002, le Gouvernement avait décrété illégale toute activité religieuse en dehors des églises officielles. Depuis, les chrétiens évangéliques n’ont pas le droit de prier, lire la Bible ou parler de leur foi.

Plus de 2800 chrétiens sont toujours enfermés en prison ou en camps de travail à cause de leur foi. Parmi-eux se trouvait Mesfin Gebrekristos. Il est mort le 3 septembre dernier. Il est le dixième chrétien mort en prison faute de soins médicaux. Il avait été emprisonné l’année dernière pour avoir manifesté sa foi publiquement.

04/10/09 (B519) SOMALILAND / L’ONU se réjouit de l’accord sur la tenue de l’élection présidentielle en Somaliland

Le représentant spécial de l’ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a salué les responsables politiques de la république auto-proclamée du Somaliland (nord-ouest) pour avoir signé un protocole d’accord sur la marche à suivre pour la tenue de l’élection présidentielle, qui avait été reportée trois fois, selon un communiqué de presse publié vendredi à Mogadiscio.

L’Union démocratique du peuple uni (UDUB, parti au pouvoir) et les groupes d’opposition dans le Somaliland ont accepté cette semaine de mettre fin à la crise politique par le dialogue et de participer à des élections.

Le responsable onusien a salué les partis politiques du Somaliland pour ce ‘’geste courageux » vers une issue pacifique et réussie à l’impasse qui a caractérisé leur vie politique ces derniers temps.

« Je tiens à réaffirmer que la signature du protocole d’accord n’est qu’une étape dans la bonne direction, ce qui devrait conduire à la tenue d’un plébiscite libre, juste et pacifique, et qu’une solution viable et durable incombe aux parties prenantes par des moyens pacifiques » , a-t-il souligné.

Selon M. Ould-Abdallah, l’exemple donné par les partis politiques du Somaliland devrait servir comme un ‘’encouragement majeur pour tous les Somaliens que ce n’est que par le dialogue, le compromis et la tolérance qu’on peut parvenir à une situation gagnant-gagnant ».

Le Somaliland a été relativement calme comparée avec le reste de la Somalie, mais 2 personnes ont été tuées en septembre dernier au cours d’émeutes qui ont éclaté après que la commission électorale a annoncé un troisième report de l’élection présidentielle initialement prévue le 27 septembre dernier.

La rupture avec la région a favorisé son indépendance du reste de la Somalie en 1991, mais la communauté internationale refuse toujours à le reconnaître comme un Etat indépendant.

La Constitution du Somaliland limite le nombre de partis politiques à trois. Il y a l’Union démocratique du peuple uni (UDUB, parti au pouvoir), le Parti de la paix, de l’unité et du développement (appelée Kulmiye) et le Parti de la justice et du développement (appelé udda).

04/10/09 (B519)  LDDH : Le droits d’asile, pourtant reconnu par les hautes instances internationales à Genève, est-il bafoué par le régime dictatorial de Guelleh, avec la complicité bienveillante d’un UN HCR qui fermerait les yeux sur les dérives et les violations ?


Le Président

DIFFUSION  D’INFORMATION DU 03 OCTOBRE2009

Non aux silences du HCR
face aux violations des droits d’asile.

Je viens d’apprendre, que durant mes congés, ABEBE AKLILU, un réfugié éthiopien, ancien Officier sous Mengestu, avait été arrêté par le SDS.

Après plusieurs jours de détention, il a été refoulé vers l’Ethiopie, manu militari.



Il serait actuellement incarcéré dans une prison de Diré Dawa, en attendant un jugement.



Faut-il espérer qu’il ne soit pas condamnéà mort et exécuté comme l’avaient été les aviateurs qui avaient fui vers Djibouti en même temps que lui.

On se souvient que Guelleh, en contradiction avec toutes les chartes internationales et les traités dont Djibouti est signataire, les avait fait remettre aux Forces Ethiopiennes par les Autorités Djiboutiennes (avec ou sans l’aval du HCR) ?

Les bonnes paroles et les belles intentions exposées, la main sur le coeur, durant les Conférences du HCR à Genève, en particulier durant la dernière session (où notre Ministre de l’Intérieur n’aurait même pas été interpellé) ne seraient-elles que des coquilles vides de sens et de contenu, destinées aux dirigeants, démocrates ou dictateurs, à leur donner simplement une bonne conscience ?

NOEL ABDI Jean-Paul

04/10/09 (B519) Yémen Express (1 article en Français)

____________________________ 1 – AFP

Combats entre rebelles et soldats au Yémen: au moins 34 morts

Au moins 28 rebelles chiites et quatre soldats ont été tués dans le nord du Yémen, où les violents combats entre les deux camps se poursuivent depuis près de deux mois, ont indiqué samedi des sources militaires et locales.

Deux membres de tribus qui combattent aux côtés de l’armée yéménite sont morts, selon l’agence officielle Saba.

Six rebelles zaïdites et quatre soldats ont péri dans la nuit à l’ouest de la province de Harf Soufyane, sur la route menant à la province de Saada, un bastion des rebelles à 240 km au nord de Sanaa, a déclaré un commandant militaire à l’AFP.

Saba, citant une source militaire, a affirmé de son côté que quatre « des rebelles les plus dangereux » ont été tués vendredi par l’armée qui ratissait un secteur de Harf Soufyane. Huit autres ont été tués dans les fermes avoisinantes et neuf « qui s’étaient barricadés dans des habitations civiles » l’ont été à Saada.

Deux membres de tribus et au moins un rebelle ont péri dans un autre affrontement ayant opposé des tribus combattant aux côtés de l’armée yéménite aux zaïdites, a ajouté l’agence, citant des sources locales.

Les rebelles ont réussi à prendre le contrôle du pont Khaneq, sur la route liant la région de Saada à la capitale Sanaa, et des combats violents se poursuivaient dans le nord de Harf Soufyane, selon des sources locales.

Les combattants zaïdites conduits par Abdel Malek al-Houthi avaient affirmé la veille avoir abattu un MiG de l’armée, mais les autorités ont dit que le crash était dû à des problèmes techniques.

Les journalistes n’ont pas accès aux zones de combat.

L’armée yéménite a lancé le 11 août une nouvelle offensive pour tenter de venir à bout de la rébellion, une opération qui s’est soldée jusqu’à présent par des centaines de morts et quelque 55.000 déplacés. Le conflit a fait depuis 2004 des milliers de morts.

Le pouvoir accuse les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, d’être soutenus par des groupes en Iran, ce qu’ils démentent.

04/10/09 (B519) Nouvelles de Somalie (1 article en Français)

____________________________ 1 – L’Express avec Reuters

Le conflit entre factions somaliennes s’intensifie.

Les deux principaux groupes de rebelles somaliens se sont affrontés samedi près du port de Kismayo et des habitants ont rapporté qu’Al Chabaab et Hizbul Islam réglaient leurs comptes en d’autres d’endroits du pays.

AFFRONTEMENTS PRÈS DU PORT SOMALIEN DE KISMAYO

Les rebelles se sont disputé cette semaine le contrôle de cette ville du sud, qui comporte un port et un aéroport, et al Chabaab l’a emporté. Selon un groupe local de défense des droits de l’homme, les affrontements ont causé la mort d’au moins 28 civils et d’un nombre indéterminé de belligérants.

Jusqu’alors, les deux groupes d’insurgés qui contrôlent une grande partie du sud et du centre de la Somalie étaient alliés dans leur lutte contre le gouvernement soutenu par les Nations unies et dont l’autorité se limite pratiquement à la capitale, Mogadiscio.

Les donateurs occidentaux ont longtemps espéré qu’al Chabaab, que Washington dit lié à al Qaïda, pourrait être isolé grâce à un accord avec les dirigeants d’Hizbul Islam, jugés plus modérés, et avec le gouvernement.

Le président, cheikh Charif Ahmed, n’a guère réussi de rapprochement avec ses anciens camarades islamistes d’Hizbul Islam, mais les affrontements entre insurgés pourraient donner quelque répit au gouvernement et aux soldats de l’Union africaine.

EXTENSION DES COMBATS

Hizbul Islam et des habitants ont rapporté que les affrontements de vendredi soir et samedi matin s’étaient déroulés dans deux villages, l’un à 30 km et l’autre à 60 km de Kismayo.

« Lorsque nous avons quitté Kismayo, al Chabaab nous a suivis et nous nous sommes battus et les avons repoussés hier. Ils nous ont à nouveau attaqués ce matin et les heurts se poursuivent dans ces villages », a dit à Reuters Ismail Adow, porte-parole d’Hizbul Islam.

Mohamed Adan, chef militaire d’Hizbul Islam, a déclaré que ses forces avaient pourchassé al Chabaab jusqu’à Kismayo et qu’ils poursuivraient les combats jusqu’à ce qu’ils aient repris le port.

Les affrontements en Somalie ont tué près de 19.000 civils depuis le début de 2007 et chassé de chez elles 1,5 millions de personnes.

Des habitants ont rapporté que des combattants d’al Chabaab se rapprochaient aussi des forces d’Hizbul Islam dans un village en bordure de Baidoa, ville où siégeait le parlement somalien avant que des rebelles en prennent le contrôle en janvier.

« Hizbul Islam a préparé ses défenses et nous nous attendons à des affrontements », a déclaré à Reuters Mohamed Ali, un homme d’affaires local.

Des habitants ont rapporté que deux membres d’Hisbul Islam avaient été tués par des inconnus et qu’un autre avait été enlevé samedi à Kismayo.

Plus au nord, à Baladwayne, dans le centre du pays, un responsable d’Hisbul Islam a été abattu vendredi et les habitants redoutent que les heurts entre les deux groupes s’étendent jusqu’à leur région.

03/10/09 (B519) A lire sur LOI cette semaine.

DJIBOUTI

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
Des projets en nombre mais très incertains

La président Ismaïl Omar Guelleh serait-il parvenu à faire de son pays un hub économique régional ? Certes les intentions sont là : Américains de Maple Indian Ocean Resources (énergie éolienne), Indiens d’Overseas Infrastructures Alliance (transport ferroviaire), Chinois de CGCG (énergie) viennent chacun à leur tour de signer des accords avec le gouvernement djiboutien. (…). [646 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1269 – 24/09/2009
Nouvel incident violent près de Dire Dawa
Après l’embuscade meurtrière menée, le 14 septembre, par des rebelles de l’Ogaden National Liberation Front (ONLF, rébellion armée) contre des militaires éthiopiens entre Harar et Jijiga (LOI n°1269), c’est dans le train reliant Djibouti à Dire Dawa qu’est intervenu un nouvel incident violent. (…). [193 mots]

ETHIOPIE

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009

Addis-Abeba
Les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l’ Ethiopie ne sont pas sans nuage. (…). [49 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
Trans Africa Invest
Hartmut Sieper, fondateur et PDG de la société allemande Trans Africa Invest GmbH, vient juste de rentrer d’une tournée de cinq semaines en Afrique australe. (…). [124 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
Finmeccanica
La société d’armement italienne Finmeccanica a décidé de faire des bureaux de sa filiale Selex Sistemi Integrati à Nairobi sa base d’opérations pour l’Afrique sub-saharienne. (…). [164 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
ABBI
La compagnie Africa Best Business Index (ABBI), qui appartient à Fisseha Eshete, le président de l’Unity College, a stoppé la publication de son journal ABBI Weekly et a donné à ses employés un mois de préavis pour qu’ils cherchent du travail ailleurs. (…). [128 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
Jason Wilkinson
La compagnie canadienne Allana Resources Inc. a désigné un manager pour son projet d’exploitation de la potasse en Ethiopie . (…). [53 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1270 – 03/10/2009
Samuel Tafesse
L’homme d’affaires éthiopien Samuel Tafesse, patron de la société Sunshine Construction, a peut-être dégainé un peu vite en annonçant, via la presse éthiopienne, fin septembre, un accord avec la firme Marriott International pour la gestion de ses projets immobiliers (appartements et hôtels) en Ethiopie . (…).