Articles

23/12/09 (B530) Yémen Express (3 articles)

__________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Yémen: 3 otages allemands en vie

Trois enfants allemands, dont la trace avait été perdue depuis leur enlèvement en juin au Yémen, apparaissent en vie dans une vidéo reçue par le gouvernement allemand, a révélé aujourd’hui le quotidien populaire Bild. Des sources des services de sécurité allemands ont confirmé l’authenticité de la vidéo.

L’enregistrement, dont dispose le gouvernement allemand, date de “ces dernières semaines” et montre que les enfants, âgés de cinq ans, trois ans et un an sont vivants, selon le journal le plus lu d’Allemagne. “Les enfants ont l’air épuisé”, a déclaré un haut fonctionnaire du gouvernement cité dans Bild. Le sort de leurs parents reste incertain, ajoute le journal.

Cette famille de cinq personnes avait été enlevée dans le nord du Yémen en juin avec deux jeunes allemandes et une Sud-Coréenne dont les cadavres avaient été retrouvés peu après le rapt.

Depuis lors, aucun signe de vie n’avait été reçu ni des parents, Johannes H. et Sabine, âgés de 36 ans au moment de leur enlèvement, ni de leurs enfants, ni d’un Britannique également pris en otage dans une zone montagneuse de la province de Saada, bastion de la rébellion chiite.

Plus de 200 étrangers ont été enlevés durant ces 15 dernières années, la plupart ayant été relâchés indemnes.

__________________ 2 – Le Monde avec AFP

Yémen: les rebelles se disent prêts à se retirer du territoire saoudien

Les rebelles yéménites sont prêts à se retirer du territoire saoudien si Ryad arrête de les attaquer, a déclaré mercredi à l’AFP leur porte-parole, en réponse à un ultimatum d’un responsable saoudien.

“Nous sommes prêts à nous retirer si le régime saoudien arrête de nous attaquer”, a déclaré Mohammad Abdelsalam, porte-parole des rebelles chiites lors d’une conversation téléphonique.

Mardi, le ministre adjoint de la Défense, le prince Khaled Ben Sultan Ben Abdel Aziz, a lancé un ultimatum aux rebelles après avoir reconnu qu’ils contrôlaient une localité saoudienne à la frontière, Al-Jabiria.

“Ils ont 24 heures pour se rendre ou ils seront écrasés”, a-t-il dit.

__________________ 1 – Courrier international avec Arab News

Riyad lance un ultimatum aux rebelles yéménites

“Ils ont vingt-quatre heures pour se rendre, ou nous les anéantirons.”

Le 22 décembre, Khaled bin Sultan, le ministre adjoint de la Défense et de l’Aviation, a mis en garde les rebelles yéménites encore infiltrés sur le territoire saoudien.

Pour la première fois depuis que des affrontements ont éclaté, début novembre, Riyad a fourni un bilan de ses pertes : il annonce avoir perdu 73 soldats ; 470 ont été blessés et 26 sont portés disparus.

Ces mêmes rebelles yéménites sont depuis le mois d’août en guerre contre le pouvoir de Sanaa.

22/12/09 (B530) Compte rendu de la manifestation du samedi du 19 décembre 2009 devant l’ambassade de Djibouti à Paris (Par Maki Houmedgaba)

Une manifestation organisée par l’ADD s’est déroulée samedi 19 décembre de 15 heures à 16 heures 30 face à l’ambassade de Djibouti à Paris. Les Djiboutiennes et les Djiboutiens d’Europe s’étaient donné le mot pour réussir en cette année 2009 une authentique double commémoration : Rassemblement à Paris et Conférence à Bruxelles.

Une foule compacte d’une centaine de Djiboutiens partis de toute la France et de Belgique s’était massée rue Emile Menier à Paris, maintenue à quelque dix mètres du drapeau djiboutien par une barricade de forces de police.

Des slogans à la pelle et une forêt de panneaux se dressaient au-dessus des têtes, alors que crépitaient des dizaines de flashs de photos. L’histoire s’écrivait désormais au présent dans la détermination affichée de lutter contre toutes les formes d’impunité à Djibouti.

« Démocratie à Djibouti », « 32 ans d’impunité, ça suffit », « Pas de paix, sans justice », « Guelleh assassin, Sarkozy complice », « Guelleh dictateur, Guelleh au TPI », « Non à la présidence à vie » ont été les slogans les plus en vogue de la journée.

Est venue se présenter au rassemblement la première famille de réfugiées djiboutiennes arrivées d’Ethiopie, Madame Karera Hassan Ali et ses deux filles, fières de rejoindre l’autre bout de la chaine de la liberté qui les a portées. De jeunes étudiantes françaises étaient aussi de la partie, découvrant ahuries le massacre d’Arhiba et la nature du pouvoir à Djibouti.

Le nombre important de Djiboutiens venus manifester fait d’ores et déjà écho au renforcement des activités de l’opposition djiboutienne et de la société civile pour faire barrage à la présidence à vie d’Ismaël Omar Guelleh.

Le rassemblement a été organisée par l’Association pour la démocratie et le développement (ADD) avec le soutien du Front pour la restauration de l’unité et la démocratie (FRUD), l’Alliance républicaine pour le développement (ARD), l’AFASPA, l’Amicale panafricaine, Femmes solidaires, l’ASDRA, l’Organisation pour le respect des droits de l’homme à Djibouti (ORDHD), le Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité, et l’Association pour le développement de la culture afar (Abka).

Quelques photos ci-jointes illustrent la richesse de la participation citoyenne à la commémoration du 18 décembre.

Maki Houmedgaba
Représentant de l’ARD en Europe
Fait à Paris, le 20 décembre 2009

22/12/09 (B530) Le Journal de la Flibuste (3 articles)

_________________________ 3 – BlogActiv.eu

Europol et Interpol s’allient contre la piraterie dans le Golfe d’Aden

L’organisation internationale de police criminelle (Interpol) et l’Office européen de police (Europol) ont annoncé dans un communiqué ( http://www.europol.europa.eu/index.asp?page=news&news=pr091216.htm ) le 16 décembre qu’ils unissaient leurs forces pour lutter contre la piraterie dans la Corne de l’Afrique, où les pirates multiplient les attaques contre les navires.

Cette annonce a été faite lors de la visite du secrétaire général d’Interpol Ronald K. Noble au siège d’Europol à la Haye. Interpol et Europol ont signé un accord pour établir une « initiative globale de police » pour combattre les menaces que font peser les pirates dans le golfe d’Aden entre la Somalie et le Yémen.

Dans ce cadre, Interpol participera à un projet d’analyse mené par Europol sur la piraterie. Europol encouragera ses Etats membres à utiliser Interpol comme base centrale des données pour la collecte d’information sur les pirates. Les deux organisations participeront également à des programmes conjoints et à des échanges d’experts.

Il s’agit d’un signal important donné par les deux Agences.

_________________________ 2 – Marine marchande avec AFP

Somalie: un boutre indien avec 13 marins capturé par des pirates

Des pirates somaliens se sont emparés d’un boutre indien avec 13 membres d’équipage de même nationalité près de la côte sud de la Somalie, a annoncé lundi le responsable de la branche kényane d’un programme d’assistance aux marins, Andrew Mwangura.

Le navire, baptisé MV Neseya, a été arraisonné vendredi à 12h30 (09h30 GMT) près du port somalien de Kismayo, a indiqué M. Mwangura.

Cette capture porte à 12 le nombre de vaisseaux étrangers détenus actuellement par les pirates et à 250 le nombre de marins gardés en otages.

__________________________ 1 – Le Soleil avec CyberPress

Capture de pirates: Ottawa tarde à conclure un accord

Au large des côtes de la Somalie, des pirates des temps modernes ont multiplié les attaques au cours de la dernière année. Pendant deux semaines, Le Soleil sera à bord du NCSM Fredericton, une frégate de la marine canadienne qui patrouille le golfe d’Aden et l’océan Indien pour sécuriser les lieux, tout comme d’autres navires de guerre de l’OTAN. »

Daphnée Dion-Viens

(À bord du NCSM Fredericton) La pièce est petite, à peine trois mètres carrés. Mais la porte se verrouille et des douches sont situées tout près. L’équipage du NCSM Fredericton est prête. Si on lui en donnait l’ordre, des pirates somaliens pourraient être capturés et détenus à bord du navire.

À Ottawa, le gouvernement fédéral cherche à obtenir un accord avec le Kenya afin de poursuivre des pirates qui pourraient être faits prisonniers au large, comme l’a fait l’Union européenne. «Le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, souhaite conclure une entente le plus rapidement possible», a indiqué par courriel sa directrice des communications, Catherine Loubier, en début de semaine dernière. Or les négociations piétinent depuis des mois. Le ministre de la Défense, Peter MacKay, avait tenu les mêmes propos en mai.

Au printemps, un autre navire de la marine canadienne, le NCSM Winnipeg, a contrecarré plusieurs attaques dans le golfe d’Aden. Aucun pirate somalien n’a toutefois été fait prisonnier, même si des armes et des échelles ont été saisies à bord de leur embarcation. Le gouvernement fédéral avait alors essuyé de vives critiques à ce sujet, plusieurs observateurs s’interrogeant sur la pertinence d’une telle mission si les pirates ne peuvent être traînés en justice.

La décision de capturer ou non des pirates somaliens ne relève pas du commandant du navire, Steven Waddell, mais plutôt du quartier général des Forces canadiennes à Ottawa. «Mais j’ai un conseiller juridique à bord qui me guide lorsque vient le temps d’intervenir», explique le commandant.

Preuve loin d’être évidente

En principe, les autorités canadiennes pourraient décider de capturer des pirates somaliens au large pour les juger au Canada, affirme Guy Phillips, avocat militaire à bord du NCSM Fredericton. Au Canada, où la piraterie est interdite selon le Code criminel, il est permis d’intenter des poursuites contre des individus qui ne sont pas citoyens canadiens.

À condition d’être capable de prouver que des actes de piraterie ont bel et bien été commis, poursuit Me Phillips. Ce qui est loin d’être évident, si personne n’a été témoin d’une attaque en bonne et due forme. «Est-ce qu’intercepter une embarcation avec des hommes armés et des échelles est suffisant pour les accuser de piraterie? La question se pose», lance l’avocat.

À Ottawa, le gouvernement conservateur ne semble pas vouloir s’engager dans cette avenue délicate. Tant qu’un accord ne sera pas conclu avec le Kenya, il est bien peu probable que la petite pièce située à l’avant du NCSM Fredericton accueille des prisonniers. Si des pirates sont interceptés en mer au cours des prochaines semaines, ils risquent fort bien… d’être relâchés eux aussi.

22/12/09 (B530) Nouvelles de la rue. Djibouti par les cheveux. Seul son coiffeur le sait !!! (Lecteur)

Un événement dont la signification et le message porte à grandes réflexions s’est déroulé récemment à Djibouti.

Un salon de coiffure de la place installé et en affaire depuis plusieurs années à été la cible des foudres du Ministère des finances et bien entendu de la Direction des impôts. Nous disons foudres ou devrions nous plutôt parler de tornade balayant tout sur son passage.

En effet cette petite entreprise a été visitée par les forces de l’ordre qui ont rapidement et fermement vidé la place des clients ‘’manu militari’’, avec les cheveux encore mouillés mais sans doute décoiffée et en état de choc pour le moins. Le commerce a été fermé et tout ce déploiement de force à l’allure d’une descente de police pour capturer un fugitif aurait pour toile de fond une banale histoire de taxes comme il en existe tant dans ce pays ou l’application des lois semble aussi malléable qu’une gomme à mâcher !!.

Ce qui inquiète encore plus que la raison (sans doute légitime) et la manière de procéder au redressement de la situation (tout à fait disproportionnée et injustifiable dans un pays dit civilisé) c’est que le commerce est tenu par des étrangers qui comme par hasard sont Français !!!

Devons nous y voir un début sinon une continuité de manœuvres de harcèlements et d’intimidation envers la communauté des gens d’affaires Français et autres à Djibouti car depuis longtemps le grand argentier pousse fort dans la direction des affaires dites florissantes pour ‘’percevoir’’ ses dus et souvent un peu plus mais pas toujours pour aller dans la bonne caisse.

Entre les beaux discours de début 2009 sur la coopération avec le monde des affaires pour stimuler une économie moribonde, la venue en grandes pompes et médiatisée de la délégation du MEDEF pour faire bonne figure et donner une allure politiquement correcte à toute cette comédie de relance économique !!! et ces actions de redressements fiscaux à vous faire dresser les cheveux sur la tête,

Il n’y a pas photo

À quand le grand décoiffage politique pour redonner une nouvelle coupe moderne et souhaitons le plus attrayante aux institutions.

22/12/09 (B530) Nouvelles de Somalie (3 articles)

_______________________ Note de l’ARDHD

Parmi toutes celles qui nous parviennent, nous avons reçu l’alerte suivante :

_____________________________
Nouvelle intrusion de soldats éthiopiens en Somalie | Afrique Avenir
par edouard

APA-Mogadiscio (Somalie) Des centaines de soldats éthiopiens sont entrées à nouveau dans quelques localités au centre de la Somalie, a appris APA.

Lien : http://www.afriqueavenir.org/2009/12/20/nouvelle-intrusion-de-soldats-ethiopiens-en-somalie/&ct=ga&cd=QkPeReFumfg&usg=AFQjCNH_IEu1AQwXICmIIzLhAXCgofNCcw

______________________________

Malheureusement l’accès à la page n’est pas possible ce matin.

L’information a-t-elle été retirée ? Pour quelles raisons ?

1 – l’information n’était pas vérifiée ou confirmée ? Ce qui est possible !

2 – des pressions ethiopienne et onusienne ont fait retirer l’information ? C’est possible aussi.

Censure organisée

Il est vrai que les actions des armées éthiopiennes de Zenawi sur le territoire somalien, sont tenues pratiquement secrètes et les journalistes semblent ne pas être autorisés à communiquer à ce propos.

Ce que nous avions dénoncé à plusieurs reprises dans le passé.

_______________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Somalie: 5 morts dans un attentat

Au moins cinq personnes ont été tuées et huit autres blessées aujourd’hui à Mogadiscio (Somalie) dans l’explosion d’un engin piégé au passage du convoi d’un responsable du gouvernement de transition, a-t-on appris de sources concordantes.

La bombe était dissimulée sous un tas d’ordures à proximité du palais présidentiel, a indiqué un officier de police. Cinq personnes ont été tuées dans l’explosion et le responsable visé, Mohamed Qoryarey, a été blessé, selon cette source. Selon un témoin, Farah Mohamed Sahal, un mini-bus qui passait à proximité du convoi officiel a également été touché. Deux des passagers à son bord ont été tués, ainsi que trois policiers du convoi, a-t-il précisé.

_______________________ 2 – AFP

Somalie: au moins sept morts dans un échange de tirs à Mogadiscio

Au moins sept personnes ont été tuées, surtout des civils, et cinq blessées dimanche à Mogadiscio lors d’échanges de tirs à l’arme lourde entre islamistes et forces gouvernementales, ont rapporté la police et des témoins.

Les islamistes ont pilonné au mortier un poste de police dans le sud de Mogadiscio où se déroulait un anniversaire, faisant un mort et trois blessés parmi les policiers.

“Les insurgés ont tiré au mortier sur le poste de police et un obus a atteint la porte de la bâtisse, tuant un officier, trois autres ont été blessés”, a déclaré à l’AFP Nuradin Abdulahi, un policier somalien. “Ils ont voulu interrompre la cérémonie”, a-t-il ajouté.

En riposte, les forces gouvernementales ont tiré à l’arme lourde, mais ils ont tué six civils en divers lieux de la capitale, ont indiqué des témoins.

Abdurahman Wardhigley, un habitant de ce quartier, a indiqué que les tirs ont atteint une maison, tuant trois civils, tout près de chez lui. “Les obus venaient des positions gouvernementales”, a-t-il affirmé.

Plusieurs autres témoins ont vu trois civils tués au marché de Bakara par des tirs d’obus sur leurs stands.

_______________________ 1 – JDD

Somalie: Les islamistes tuent 12 civils

Les militants islamistes ont effectué, dimanche à Mogadiscio, des tirs de mortier sur la police provoquant une bataille qui a causé la mort d’au moins douze civils et un officier de police, ont annoncé les autorités du pays.

La Somalie est en proie à la violence depuis le coup d’état de 1991.

L’arrivée au pouvoir d’un islamiste modéré en janvier dernier avait fait espérer qu’il pourrait unifier les factions rivales qui mettent à feu et à sang le pays.

22/12/09 (B530) Ordre des Brosses à Reluire. Une grande première : c’est un internaute qui a recommandé une personnalité djiboutienne (ou ce qui pourrait en devenir une ?) “Ali Soubaneh” à la cooptation immédiate.

C’est un lecteur qui a recommandé au Comité directeur de l’Ordre prestigieux, une personnalité djiboutienne, en vue d’une cooptation.

Après analyse du dossier de l’impétrant, Dileita a fait lancer la convocation des membres de l’Ordre des Brosses à Reluire pour se prononcer sur la candidature de M Soubaneh, qui a signé un article dans La Nation N°170 du 27 octobre 2009 “Ing. Bilan Ali Soubaneh”.

Immédiatement après avoir ouvert officiellement la session, Dileita a présenté ses excuses et il s’est eclipsé rapidement pour aller cueillir ses chères fraises au PK 20.

Le Beauf “alias Haid, portier Chef à la Banque centrale” a pris la parole en sa qualité de Vice-Président et il a fait l’apologie de ce lecteur de La Nation. A l’appui du brillant hommage qu’il lui a rendu, il a tenu à reprendre ses propos qui ont été diffusés par La Nation à propos de l’attribution du Prix Nobel de la Paix à B. Obama et dans lequel notre impétrant regrette que Guelleh n’ait pas été au minimum inscrit sur la liste des nominés !!!

Honnêtement, sans aucun chauvinisme, ni zèle alimentaire, au moins sur une liste de 205 noms retenus, comment expliquer que le président Ismaïl Omar Guelleh ne puisse y figurer ? Pourtant, l’action de l’homme  est là. Dans une région profondément tourmentée depuis la nuit de temps et qui reste toujours en proie à un embrasement, seul, le président Guelleh s’est battu corps et âme pour développer une culture de paix. 

La tragédie somalienne est l’illustration de son noble engagement. En 2000, peu de temps après son arrivée au pouvoir, alors que la République de Djibouti ne s’est pas remise encore d’une décennie de crise économique, il aura le courage d’organiser une conférence de réconciliation somalienne à Arta qui s’étalera sur presque une année.


Neuf ans plus tard, quand la tragédie somalienne prend une tout autre dimension et que le monde commence à lui tourner le dos, il invite les frères ennemis somaliens à Djibouti sous l’égide des Nations unies. L’actuel gouvernement légitime en ressort. 


Il eut aussi la réconciliation inter-soudanaise. Il eut également l’éminent rôle tenu par le Président Guelleh pour mettre fin au conflit armé de notre pays. Il eut encore la restauration d’une paix totale avec le retour au pays de feu Ahmed Dini. Il eut, et il y’aura encore…  

Mais hélas, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ! ”

Appelés à se prononcer, c’est à l’unanimité moins une voix, que les membres ont choisi de coopter ce nouvel impétrant de qualité.

Aref, grand champion de la réconciliation nationale et de la paix dans le monde ?

En effet, seul Me Aref, le “Corbeau repenti” a choisi de s’abstenir.

Choix qu’il a expliqué par la suite, en démontrant avec fougue et avec son talent méconnu, que si M. Soubanneh avait eu raison de proposer Guelleh, en revanche il avait eu tort de l’oublier, lui, Aref, descendant de Sultan, grand artisan de la réconciliation nationale, lui qui a choisi autrefois de pardonner à Guelleh (en échange de contreparties occultes ??), les deux années d’emprisonnement qu’il avait passées au fort d’Ali Adde. Lui, qui a su concilier l’inconciliable : étant d’un côté, membre d’Amnesty International et Vice-Président de l’UIDH (aujourd’hui déchu des deux qualités ! ) et de l’autre agissant en parallèle comme avocat et farouche défenseur du système dictatorial et de ses cadres supérieurs.

Si ce n’était pas une démarche pacifique, où serait la paix dans le monde ! a-t-il conclu ! Cela n’est-il pas suffisant pour justifier ma propre nomination pour le prix Nobel de la Paix, voire qu’il me soit attribué personnellement ?

Comme à l’habitude c’est Yacin Elmi Bouh qui a été chargé de faire venir l’impétrant pour lui remettre ses décorations et son nouveau titre.

Ali Soubaneh, en vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués
par cette Assemblée prestigieuse, je suis heureux de t’accueillir
au sein de notre Ordre éternel …

Je te remets les insignes de ta nouvelle dignité

Désormais les autres membres te connaîtront sous le titre éminemment flatteur de “Ramasse-miettes” et personnellement, je te souhaite d’en ramasser beaucoup, surtout si tu continues à servir notre Chef estimable et vénéré avec autant de servilité et de passion. Vraiment tu le mérites et tu iras loin …

22/12/09 (B530) Yémen Express (7 articles en Français)

______________________________ 7 – EuroInvestor avec Reuters

Des membres d’Al Qaïda apparaissent en public au Yémen

Des membres d’Al Qaïda sont venus dire lundi lors d’un rassemblement antigouvernemental dans le sud du Yémen qu’ils étaient en guerre contre les Etats-Unis et non contre l’armée yéménite, ont rapporté des habitants.

Il est rare que les militants de la nébuleuse islamiste apparaissent et prennent la parole en public.

L’Occident et l’Arabie saoudite voisine redoutent qu’Al Qaïda n’étende ses opérations dans le royaume en profitant du fait que l’armée yéménite concentre ses efforts contre les rebelles chiite du Nord et la montée du sentiment séparatiste dans le Sud.

“Soldats, vous devriez savoir qu’il n’y a aucun problème entre nous et vous. Le problème est entre nous et l’Amérique et ses laquais”, a dit un activiste, dont les propos ont été rapportés par un habitant.

Plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies pour manifester après la mort de dizaines de civils, jeudi dernier, dans des raids de l’armée visant Al Qaïda.

La chaîne Al Jazeera a diffusé des images d’un militant s’adressant à la foule, flanqué d’un comparse armé. Tous deux étaient à visage découvert.

Une explosion a fait trois morts durant le rassemblement, organisé sur le lieu d’un camp d’entraînement présumé du réseau islamiste dans la province d’Abyan. Le site avait été bombardé durant l’opération militaire de jeudi

(Mohammed Ghobari,
version française Grégory Blachier)

______________________________ 6 – MediaArabe

Yémen : des informations contradictoires concernant Abdelmalek Al-Houthi, le chef de la rébellion

Les informations en provenance du Yémen sont contradictoires, concernant le chef de la rébellion zaïdite (chiite) pro-iranienne, Abdelmalek Al-Houthi. Depuis samedi soir, plusieurs sources yéménites ont affirmé qu’il a été sérieusement blessé dans un raid aérien contre sa cache, dans la région de Saada, au nord du Yémen. Il aurait été évacué vers un pays de la Corne de l’Afrique utilisé par l’Iran comme une plate-forme avancée, et où transitent les armes et les combattants iraniens et du Hezbollah.

D’autres sources, attribuant ce raid à l’aviation saoudienne, souligne qu’il a été gravement atteint et qu’il a abandonné le commandement de la rébellion à l’un de ses adjoints. De son côté, le site yéménite « Sabaa » souligne qu’Al-Houthi est mort dans cette opération, avec deux de ses proches collaborateurs, et quatre de ses gardes de corps.

En tout état de cause, la seule certitude avancée par un porte parole de l’armée yéménite est que les rebelles vivent leurs derniers instants. Il a promis qu’ils seront éradiqués dans les heures qui viennent. En attendant, l’armée de Sanaa, avec le soutien de l’Arabie saoudite, de l’Egypte et de la Jordanie, poursuit et accentue ses opérations contre les rebelles, sans aucune relâche. Sur le front sud, Sanaa a annoncé en fin de semaine dernière l’élimination de plusieurs membres d’Al-Qaïda dans la Péninsule arabique, dans un raid à Abyane.

Une trentaine de terroristes a été mise hors d’état de nuire.

Tués ou capturés, les islamistes s’apprêtaient à commettre des attentats suicides contre des cibles yéménites, ainsi que contre des intérêts étrangers, notamment dans le domaine des hydrocarbures. Le site « Elaph.com » croit savoir que ce succès dans la lutte contre Al-Qaïda est dû à la coopération étroite avec les Etats-Unis.

_________________________________ 5 – Le Monde

Yémen: deux morts dans des explosions sur le site d’un camp d’Al-Qaïda

Deux personnes ont été tuées et neuf autres blessées lundi dans deux explosions sur le site d’un camp d’entraînement d’Al-Qaïda dans la province d’Abyane, dans le sud-est du Yémen, qui avait été jeudi la cible d’un raid aérien de l’armée, selon les autorités locales.

Les explosions sont survenues au moment où des dizaines de curieux s’étaient rendus sur le site, situé à Al-Maajala, après avoir participé dans ce village à un rassemblement de protestation contre le raid de jeudi, ont indiqué des témoins contactés par téléphone depuis Sanaa.

Les victimes ont marché sur des mines disséminées dans le camp par les combattants d’Al-Qaïda, a expliqué en soirée le gouverneur d’Abyane, Ahmed Al-Mouyassari, cité par l’agence officielle Saba.

“Les terroristes d’Al-Qaïda ont miné le terrain visé par le raid de jeudi (…) où ils s’attendaient à ce que les forces de sécurité viennent inspecter les lieux dans le cadre de leur enquête”, a ajouté le gouverneur, indiquant qu’outre deux habitants tués, les explosions ont fait neuf blessés, et non dix comme annoncé auparavant. “Deux blessés sont dans un état grave”, a-t-il dit.

Au total, 30 membres présumés d’Al-Qaïda avaient été tués dans le raid mené jeudi par les forces armées yéménites, selon les autorités.

Ce raid a aussi coûté la vie à 49 civils, dont 23 enfants et 17 femmes, selon des sources politiques et tribales.

Au cours de leur rassemblement lundi à Al-Maajala, les manifestants ont réclamé l’ouverture rapide d’une enquête sur le “massacre” de jeudi, selon des participants.

Le bilan du raid a donné lieu à une polémique au Yémen, un pays engagé dans une guerre contre des rebelles zaïdites dans le nord, confronté à un courant sécessionniste dans le sud et menacé par un renforcement de la présence des activistes d’Al-Qaïda.

Les ministres de la Défense et de l’Intérieur ainsi que le vice-Premier ministre pour les Affaires de défense et de sécurité ne se sont pas présentés lundi au Parlement où leur audition sur le raid de jeudi était prévue, selon des députés.

Depuis le raid de jeudi, plus de 30 membres d’Al-Qaïda ont été arrêtés au Yémen, avait annoncé samedi le ministère de la Défense.

Selon le New York Times de samedi, le président américain Barack Obama a donné son feu vert aux raids des forces yéménites cette semaine contre les combattants d’Al-Qaïda.

La province d’Abyane, qui fait partie de l’ancien Yémen du sud, est devenue ces dernières années une zone de regroupement de combattants islamistes, dont des vétérans d’Afghanistan, qui échappe au contrôle des forces de sécurité.

_____________ 4 – Le quotidien du peuple (Chine) avec XINHUA

Yémen : le leader des rebelles grièvement blessé

Le ministère yéménite de la Défense a déclaré dimanche que le haut dirigeant des rebelles chiites Houthi a été grièvement blessé pendant les affrontements avec l’armée.

Le leader de la milice, Abdel Malik al-Houthi, a été blessé pendant les affrontements avec l’armée dans la région de Matara dans la province nord de Saada, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

Ses graves blessures l’ont obligé à fuir la région accompagné de ses miliciens, d’après le communiqué.

Les sources locales ont déclaré au quotidien en ligne le 26 september que les Houthi ont laissé le commandement de la milice au mari de sa soeur, Youssef Al-Madani, le 24 septembre. Les insurgés n’ont cependant ni nié ni confirmé cette information.

L’attaque de l’armée a tué de nombreux insurgés, dont un autre leader Hassan Hamoud.

Par ailleurs, l’armée a indiqué avoir tué de nombreux rebelles dans plusieurs attaques contre leurs bastions dans la région de Saada.

Les attaques ont également détruit plusieurs cachettes des rebelles Houthis, des cachettes d’armes, des équipements militaires et des véhicules.

Cependant, le mouvement rebelle a continué de publier dimanche des déclarations sur les derniers développements dans les zones de bataille.

Dans un communiqué, les rebelles ont déclaré que les forces aériennes saoudiennes ont tué 54 civils et détruit de nombreuses maisons lors de 46 raids dans le nord du Yémen.

________________________ 3 – AFP

Yémen: 54 civils tués dans des raids aériens saoudiens, selon les rebelles

Un porte-parole des rebelles zaïdites du nord du Yémen a accusé dimanche les forces armées saoudiennes d’avoir mené des raids aériens contre une localité frontalière tuant 54 civils.

Ces informations n’ont pu être confirmées de source indépendante.

“Un massacre a été commis par les Saoudiens dans le secteur de Razeh dans la province de Saada, ce (dimanche) matin”, a déclaré dans un appel téléphonique à l’AFP à Dubaï ce porte-parole se présentant sous le nom de Ali.

“La localité d’Al-Nadheer a été la cible de raids aériens et 54 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués”, a-t-il ajouté.

Un conflit armé oppose depuis le 11 août les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, à l’armée yéménite dans des régions du Nord, frontalière de l’Arabie saoudite.

L’armée saoudienne a également engagé des opérations militaires contre les rebelles à la suite de la mort le 3 novembre d’un garde-frontières saoudien tué par des rebelles infiltrés dans le royaume.

Les rebelles accusent l’armée saoudienne de mener des incursions en territoire yéménite, ce que nie Ryad qui affirme opérer à l’intérieur de ses frontières.

________________________ 2 – AFP

Yémen: le chef de la rébellion zaïdite grièvement blessé

Le chef de la rébellion zaïdite yéménite, Abdel Malek al-Houthi, dont le groupe est en guerre contre l’armée dans le nord du Yémen, a été grièvement blessé et a dû changer de quartier général, a affirmé dimanche le ministère de la Défense sur son site internet.

“Grièvement blessé” dans un raid de l’armée de l’air yéménite contre son quartier général dans la province de Saada, Abdel Malek al-Houthi a légué la direction de ce qui reste de ses partisans à un gendre de la famille, Youssef Madani”, précise le ministère.

Le chef de la rébellion et ses proches ont dû quitter Matra, au sud-est de la ville de Saada, pour Haydane, à une centaine de km plus à l’ouest, ajoute le ministère, faisant état d’une situation “chaotique” dans les rangs des rebelles après les frappes “douloureuses” que leur ont infligé les forces gouvernementales.

Des sources tribales, interrogées par l’AFP, ont indiqué qu’Abdel Malek al-Houthi, “grièvement blessé il y a deux semaines”, avait confié le commandement de la guérilla à son oncle, Abdel Karim al-Houthi, et à Youssef Madani, marié à l’une des filles de Hussein al-Houthi, le chef de la rébellion tué en 2004.

Abdel Malek al-Houthi s’est installé dans la région montagneuse de Haydane, à l’ouest de la ville de Saada, ont confirmé ces sources tribales.

Haydane, où Hussein al-Houthi tenait son quartier général jusqu’à sa mort en 2004, “est située à une soixantaine de km du littoral sur la mer Rouge, une position qui faciliterait une éventuelle fuite par la mer des dirigeants houthis”, a expliqué une source tribale.

Un conflit oppose depuis le 11 août les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, à l’armée yéménite dans des provinces du nord du pays, frontalières de l’Arabie saoudite.

L’armée saoudienne a lancé des opérations militaires contre les rebelles après la mort début novembre d’un garde-frontières saoudien tué par des rebelles infiltrés dans le royaume.

________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Yemen : 49 civils tués dans un raid

Quarante-neuf civils, dont 23 enfants, ont été tués dans le raid lancé jeudi matin par les forces yéménites contre un camp d’entraînement d’Al-Qaïda dans la province d’Abyane (sud-est), a-t-on appris auprès de sources politique et tribale.

“Le raid a été mené sans discernement et a provoqué la mort de 49 civils, dont 23 enfants et 17 femmes”, a déclaré un responsable de la région d’Al-Mahfed, dont dépend le village d’Al-Maajala où a eu lieu le raid. Un chef tribal a confirmé ce bilan: “Au total, 49 civils ont été tués”, a-t-il déclaré, précisant qu’ils appartenaient à la tribu des Al-Kazam, sa propre tribu. Ce bilan n’a pas été confirmé de source officielle.

“Al-Qaïda a choisi d’installer son centre d’entraînement sur un terrain où ces bédouins nomades ont dressé leurs tentes, et les forces gouvernementales ont estimé que ces nomades hébergeaient les combattants d’Al-Qaïda”, a ajouté ce chef tribal, qui a requis l’anonymat.

Le raid d’Al-Maajala s’était soldé par la mort de 30 membres présumés d’Al-Qaïda, dont des étrangers, outre 4 autres tués dans une opération des forces armées jeudi à Arhab, une zone contrôlée par les tribus à quelque 35 km au nord de Sanaa, selon les autorités.

Plusieurs dirigeants locaux d’Al-Qaïda ont péri dans le raid, a indiqué le ministère yéménite de la Défense sur son site internet 26sep.net, identifiant cinq d’entre eux, dont Mohammad Saleh Al-Kazimi, qui serait le commandant du camp d’entraînement visé par le raid selon des informations non confirmées.

22/12/09 (B530) Vérité : l’Armée du Salut ?

Autrefois, l’Armée était une institution reconnue et respectable. Sa mission était réglée par le règlement intérieur de la FAD, afin d’assurer la défense du pays contre des ennemis venus de l’extérieur.

Mais aujourd’hui, c’est un noyau vide ! Sa structure, sa manière de servir de le pays et son commandement laissent à désirer. C’est le moins que l’on puisse dire.

Au nord, les populations AFAR souffrent énormément en raison de la violence qui est exercée par les militaires contre les nomades.

Il n’y a plus de commandement respectable. C ’est la débandade totale dans les cercles et les points éloignées. On a l’impression que chaque unité opère en totale auot-gestion, à sa façon et n’importe comment. Même les maigres troupeaux sont taxés. Les bergers sont violentés et persécutés dans leur propre région loin de la modernité et la belle vie.

FAD : c’est l’armée de routine. Des conditions physiques précaires (corvées, khats et dodo). Les Officiers supérieurs détournent même certaines soldes ou indemnités dues à leurs hommes pour s’enrichir., Ils privilégient certains commerçants qui vendent des produits à l’armée et qui leur ristournent une partie du bénéfice … etc.

IOG est le chef des l’armée de Yanbo et de l’eau fraiche. Il a détourné l’institution de sa mission légitime de protection du pays, pour la transformer en une machine à sous pour les officiers supérieurs qu’il choisit personnellement dans son entourage.

La FAD est dirigée par les hommes suivants :

– les anciens goumiers,
– les ex-sous/off de l’armée Française,
– les nettoyeurs des canons au camp Lemonier à Douda,
– les conducteurs des chameaux le long des frontières,
– les chefs des entreprises devenus riches sur le dos des soldats,
– les anciens bourricots et cuisiniers dans l’armée de Ziad Barreh,

L’Armée est composée de trois catégories :

1 – les soldats en majorité, issus du clan Odahgob,
2 – les sous-officiers, recrutés sur des critères ethniques, dans les centres de réfugiés parce qu’ils peuvent jouer un rôle important dans le commandement des soldats,
3 – les Officiers issus en majorité du clan

La discrimination joue à fond. Le déséquilibre entre les différentes ethnies qui composent notre pays est total. Ceux qui ne sont pas issus des ethnies dominantes sont progressivement mis à la retraite anticipée : AFAR, FOURLABA, HORONE, WALALDON. Dès l’âge de trente-cinq ans, ils sont renvoyés de l’Armée ou de la Gendarmerie.

Quant à la Garde républicaine, elle recrute dans les pays frontalier et au sein des camps des refugiés en sélectionnant exclusivement le membres de la tribu < M >

Maintenant, il y a un grande fossé qui s’est creusé entre le régime d’IOG et le peuple qui assiste, impuissant pour le moment, à ces méthodes mesquines.

Un grand nombre d’officiers Mamassan sont envoyés à l’étranger pour suivre des stages ::

En Lybie, en Chine, à Cuba, aux USA, en Egypte, au Maroc et/ou en Afrique du Sud.

Curieusement
ils sont tous issus de la même ethnie et seraient natifs (d’après eux) soit de Holl-Holl ou d’Ali Ade ?

Toujours curieusement les habitants de ces villes ne les connaissent pas. Cherchez l’erreur …. !

Même les services de contrôle des passeports se sont étonnés de voir des stagiaires qui étaient tous nés dans la même ville ! Voila la réalité ni équilibre ni égalité pour le peuple.

Oh ! Les Forces armées ! Sachez que c’est le peuple qui décidera de son avenir et que personne ne pourra se mettre en face, lorsqu’il se décidera à marcher. Le changement tant attendu est proche. Vous les militaires, qui êtes des enfants du pays, refusez de vous mettre en travers et rejoignez le moment venu, la masse populaire, dont l’avancée sera irrésistible. Vous en serez récompensés.