Articles

20/12/2011 (B635) AFP / Somalie: premiers renforts djiboutiens à Mogadiscio pour l’Union africaine

Un premier contingent de 200 soldats djiboutiens est arrivé mardi à Mogadiscio pour renforcer la force de l’Union africaine (UA) en Somalie, l’Amisom, qui lutte contre les insurgés islamistes shebab, a-t-on appris auprès d’une source gouvernementale somalienne.

« Djibouti a déployé un premier contingent en Somalie aujourd’hui pour aider le pays à rétablir la paix et la stabilité, nous avons un besoin désespéré de soutien militaire pour éliminer la menace des shebab », a affirmé un responsable de questions de sécurité au gouvernement somalien, Mohamed Abdirahman.

« Le premier contingent est composé de 200 hommes, et d’autres suivront dans les jours à venir, » a-t-il ajouté.

Djibouti, qui s’est engagé à envoyer quelque 850 hommes en Somalie voisine, est le troisième pays à participer à l’Amisom. Ses troupes devraient être stationnées à Mogadiscio, comme les 9.700 soldats ougandais et burundais qui formaient jusqu’ici seuls la force de l’UA dans le pays.

L’Amisom, qui intervient en soutien du fragile gouvernement de transition (TFG) somalien, a grandement contribué à l’abandon en août, par les shebab, de leurs positions-clés dans la capitale somalienne.

Mais Mogadiscio reste la cible de régulières attaques à la grenade ou au véhicule piégé et les appels à un renforcement de la force de l’UA se sont multipliés ces derniers mois.

Selon le plafond autorisé par les Nations unies, le contingent de l’Amisom peut actuellement atteindre jusqu’à 12.000 hommes. Son chef a de son côté demandé à pouvoir bénéficier de 20.000 soldats.

La Sierra Leone a promis d’envoyer 850 soldats en Somalie après avril 2012.

Le Kenya pourrait aussi rejoindre la force de l’UA. Il est déjà militairement présent dans le pays, depuis une offensive lancée mi-octobre dans le sud somalien pour en déloger les shebab, rendus responsables d’enlèvements et d’attaques sur son sol.

Les insurgés islamistes contrôlent encore l’essentiel du centre et du sud du pays, mais font face à une pression militaire accrue depuis quelques mois. Selon des témoins, l’Ethiopie aurait elle aussi envoyé le mois dernier des troupes de l’autre côté de sa frontière avec la Somalie.

La Somalie est en état de guerre civile et sans gouvernement effectif depuis la chute, en 1991, du président Siad Barre.

Ces violences incessantes, combinées à la récente sécheresse qui a dévasté la Corne de l’Afrique, ont plongé le pays dans une gravissime crise alimentaire ces derniers mois. Selon l’ONU, trois provinces du sud somalien sont aujourd’hui encore en état de famine, et 250.000 personnes risquent d’y mourir de faim.

20/12/2011 (B635) BBC Afrique / Un premier contingent de soldats djiboutiens en Somalie

Les soldats djiboutiens étaient attendus à Mogadiscio depuis plus d’un an

Plus de 200 militaires djiboutiens sont arrivés à Mogadiscio en Somalie pour renforcer le mission de maintien de la paix de l’union africaine l’AMISOM.

En attendant leurs collègues, ils vont rejoindre les forces ougandaise, burundaise et kenyane qui soutiennent le gouvernement de transition somalien dans sa lutte contre le groupe islamiste Al Shabaab.

Djibouti, qui s’est engagé à envoyer quelque 850 hommes en Somalie voisine, est le troisième pays à participer à l’Amisom.

Le mois dernier, le président Ismail Omar Guelleh avait déclaré qu’il ne voulait pas que son pays reste les bras croisés alors que d’autres soldats des pays de l’Afrique de l’est sacrifient leurs vies pour aider la somalie.

Le bataillon djiboutien a suivi un entraînement spécifique, en l’occurrence des combats en milieu urbain au mois de septembre 2011, sous la houlette des forces armées françaises.

Ce projet d’envoyer des troupes djiboutiennes en Somalie a accusé un retard parce que les autorités de Djibouti voulaient d’abord régler leurs problèmes avec l’Erythrée , pays avec lequel un litige frontalier ces dernières années avait dégénéré en conflit militaire avant qu’il ne soit résolu grâce à la médiation du Qatar.

20/12/2011 (B635) Infos lecteur : de nouvelles arrestations à Djibouti.

Un lecteur de l’étranger nous envoie ces informations que nous allons faire confirmer sur place :

J’apprends, par des sources fiables, l’arrestation hier soir, par la police politique, de deux personnes. Il s’agit de MM. Hassan Mohamed Hassan dit Dileytra Tourab Président du groupe musical Arhotabba et Said Helaf, artiste célèbre à Djibouti.

Le groupe Arhotabba souhaitait participer à la fête musicale Festhorn, qui s’est déroulée. La police les a empêchés de s’y associer et ils ont été arrêtés parce qu’ils protestaient contre cette interdiction arbitraire.

A l’heure actuelle, on ignore où ils sont détenus.

A se souvenir que Dileytra avait déjà été arrêté en février 2011, lors de la grande manifestation.

20/12/2011 (B635) Lettre ouverte de l’ARDHD à M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française, à l’occasion de son rendez-vous avec M. Ismaël Omar Guelleh, Président de la République de Djibouti.

Télécharger la lettre en format PDF

À Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République française
Par courriel

Paris, le 20 décembre 2011

Monsieur le Président de la République,

En recevant le Président de la République djiboutienne, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, demain à 17h00, nous aimerions que vous conserviez à l’esprit le fait qu’il s’agit de l’un des pires dictateurs de l’Afrique.

D’abord reconduit une troisième fois aux termes d’une manipulation « plus que contestable » de la constitution de son pays et sur fond d’élections ‘truquées’, ce Président-dictateur a tout fait et fait tout ce qui lui est possible pour anéantir toute forme d’opposition et toute liberté d’expression dans le pays.

Tous les opposants ont été victimes d’arrestations arbitraires, de tortures et parfois d’exécutions sommaires. La presse libre est interdite dans le pays et les sites internet de l’opposition y sont sévèrement censurés.

Récemment un juge intègre a été arrêté et incarcéré sur des motifs invraisemblables, comme la détention d’armes, pour la seule raison qu’il avait prononcé la relaxe de manifestants pacifiques.

La liste des exactions, des violations des droits de l’homme et des massacres ordonnés par ce pouvoir est trop longue pour que je la détaille dans ce courrier.

Le système de gouvernement mis en place par Monsieur Guelleh s’appuie sur trois leviers principaux pour asservir la population :

1°) la terreur exercée contre toutes celles et tous ceux qui émettent un avis différent de la pensée unique imposée par le régime : arrestations arbitraires, tortures, exécutions sommaires et massacres principalement dans le nord et l’ouest,

2°) l’accaparement de toutes les richesses du pays, de toutes les aides et subventions françaises, européennes et internationales. Il suffit de lire le dernier rapport du FMI, pour comprendre que les détournements de fonds au profit de la famille du dirigeant et de ses proches amis, sont permanents. Ils ruinent totalement l’économie du pays et entrainent l’appauvrissement généralisé de la population, qui n’a plus les moyens de faire entendre ses appels de détresse.

3°) susciter des tensions entre les différentes communautés pour les opposer et éviter qu’elles ne puissent réaliser l’union nationale, pourtant indispensable à l’existence d’un État de droit.

Par ailleurs, plusieurs observateurs nous ont rapporté qu’ils soupçonneraient le régime djiboutien non seulement de jouer parfois un double jeu qui ne pourrait que prolonger le drame que vivent les Somaliens dans leur pays mais aussi d’interférer indirectement dans la sécurité intérieure du Somaliland.

Nous comprenons que vous ayez la charge de défendre les intérêts et la position de la France, en signant des accords de défense, de coopération ou de concession (port, aéroport, …) avec la République de Djibouti, mais nous vous demandons de cesser de sacrifier toute une population, qui aime notre pays, en permettant à son dictateur de se maintenir au pouvoir avec l’argent des contribuables français.

Nous serons sensibles, Monsieur le Président, aux positions que vous adopterez durant et après l’entretien avec votre homologue et nous vous remercions à l’avance de votre action en faveur du peuple djiboutien et de l’émergence d’un état démocratique.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma très haute considération

Jean-Loup Schaal
Président de l’ARDHD

ARDHD / Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti
84, rue Saint-Louis en l’île – 75004 Paris Site : https://www.ardhd.org
Tél : 01 46 34 70 70 / Fax : 01 46 34 25 93 –

20/12/2011 (B635) Roger Picon nous offre un nouveau dessin en trois langues : Somali, Afar et Français … (Modifié à 13h30 Paris, avec l’ajout de la langue Afar)

19/12/2011 (B635) RFI : A Djibouti, le vingtième anniversaire de la tuerie d’Arhiba ravive les tensions (A écouter / télécharger une intervention d’Ahmed Youssouf Houmed, Président de l’ARD) (Article modifié à 10h45 de Paris, suite à une erreur détectée sur le site de RFI)

A Djibouti, on commémorait ce dimanche 18 décembre la tuerie d’Arhiba, du nom d’un quartier où plusieurs dizaines de personnes avaient été exécutées par les forces de l’ordre il y a tout juste vingt ans, le 18 décembre 1991. Selon les ONG de défense des droits de l’homme, ce massacre était en fait une expédition punitive menée contre la population Afar par les forces gouvernementales (Gendarmerie, armée et police). Aujourd’hui, l’opposition djiboutienne dénonce l’impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes.

1°) Ecouter en mode WMA

2°) Télécharger en mode MP3

Lien de téléchargement

19/12/2011 (B635) RFI : ce matin Jean-Paul Noël Abdi était interviewé au micro de RFI, sur la commémoration du massacre d’Arhiba, il y a 20 ans et de l’impunité des coupables. ( A écouter / Télécharger)

1°) A écouter



2°) A télécharger en MP3

Lien de téléchargement

19/12/2011 (B635) UAD / Informations du représentant de l’UAD (En trois langues : Français, Somali, English)

__________________________ Français


Information du porte-parole de l’UAD

ALERTES INFOS

Voici les points retenus lors de la réunion de l’UAD :

-Premièrement, le 18 décembre 2011 a été décrété comme « JOURNEE NATIONALE DE TOUTES LES VICTIMES DJIBOUTIENNES » regroupant ainsi toutes les victimes de cette dictature quel soit les victimes de massacre d’Arhiba soit des victimes de tortures et de traitements inhumains soit les victimes d’assassinat ou des disparitions forcées des opposants et des leaders Djiboutiens depuis l’indépendance jusqu’à nos jours .Et tout le peuple djiboutien est appelé à enregistrer toutes leur victimes dans la liste des victimes de ce régime dictatorial et de participer massivement à ce jour mémorial de commémoration des toutes les victimes Djiboutiennes.

-Deuxiement, une tournée de l’UAD dans toute la capitale a été retenue pour mobiliser toute la population à venir descendre dans la rue et commémorer cette journée historique qui est un devoir de mémoire et de solidarité dont tout le peuple djiboutien est appelé à célébrer et rendre hommage à tout les victimes de ce régime moribond et particulièrement aux victimes du massacre d’Arhiba.

De ce fait, l’UAD organisera un meeting à LAYABLEY, ensuite dans les autres quartiers de la ville ainsi de suite sans oublier que les bureaux politiques de l’UAD se réuniront chaque lundi à commencer du lundi dernier 12 décembre car la mobilisation sera continue. S’y ajoute tous les quartiers de la capitale sont quadrillés par la police et la gendarmerie qui sont omniprésents partout même dans les rues et les artères de la ville et la population est dans un Etat de siege.Tout cet appareil répressif est la pour contenir et décourager tout mouvement de contestation ou de manifestation. Voila un peu la situation dure que confronte la population en ces jours difficiles qui demandent du courage et de la détermination.

-enfin, prudence et vigilance en sont les mots d’ordres pour continuer la lutte.

Autres informations nationales :

– la santé va mal à Djibouti ou les malades meurent de manque des soins de base et de cholera qui ravage des quartiers et bon nombre des gens y compris des enfants de bas-âge et dont l’Etat n’arrive pas à le stopper et y apporter des solutions efficaces et réelles malgré les multiples alertes lancées par les organisations internationales comme l’UNICEF, l’OMS, le PNUD même les représentations diplomatiques ont pris des mesures contre ce fléau.

un malaise social taraude l’armée ou des désertions et descensions sont observés selon des sources bien informées. Même l’envoi des troupes Djiboutiennes en Somalie ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion nationale qui considère comme une mission suicide pour nos soldats qui ne savent même pas les objectifs de leur déploiement au sein de l’AMISOM .Et sur ce point, l’opposition a été claire et ferme en affirmant que cette mission constitue une ingérence dans les affaires intérieures de l’Etat et du peuple somaliens souverains.

autre information, un rafle des citoyens Djiboutiens a été mené ce 2 derniers jours dans un quartier de Balbala ou des pères et des mères(les chiffres provisoires avancent 200 personnes) ont été arrêtés et jetés dans la prison de Gabode après avoir été détenu dans les arrondissements et les commissariats sans oublier à Nagad aussi pour motif de problème d’électricité dont figure parmi ces gens-la le célèbre artiste national et fondateur de l’hymne national M. ABDI ROBLEH dit QUARCHILEH.

Est-ce un motif pour arrêté tout un quartier ?

Voila en général les dernières informations de cette semaine.

A suivre d’autres informations complémentaires.

__________________________ Somali

Ka: Isbaheysiga Mucaaradka Jabuuti (UAD)

Ku: warbaahinta Soomaalida

Arintu: Muddoharaad iyo xussid laa xusaayo xasuuq dadweyne

Waxaa uu qorsheysan isbaheysiga mucaaradka Jabuuti UAD 18 biishan muddoharaad iyo xussid xasuuq dadweyne,waxaa soo abaabuley howshan mucaaradka Jabuuti waxaa uu kaa dhici-doona muddoharaadkan magala madaxda Jabuuti waxaana hormood kaa ah madaxda axsaabta mucaarad ee ku sugan gudahaa dalka , sido kale waxaa qorsheysan 17-18 biishan mid laa mid tan kor ku soo sheegney oo lagu qaban doono Bruxelles,Paris iyo Ottawa , sidaa awgeed waxaan nigaa codsaneynaa in aad warbaahin ahaan ugaa soo qeyb-gaqshaan ama aad nala soo xidhidhaan haddi aad noo iman karin ,haddi aad u bahataan war dheeri ah waxaad kaa daalacan

kartaan labadan qoraal ee ku kala qooran Afka Fransiska iyo Ingriska oo ay soo gudbiyeen madaxda isbaheysiga UAD ee ku sugan gudaha dalka

Waxaad kala xidhiidhi kartaan Jabuuti

Cismacil Geedi Xareed Tel 00 253 82 99 99
Farah Abadid Hildid Tel 00 253 61 24 52
Huseen Robe Dhabar Tel 00253 88 99 21

Afhayeenka mucaaradka Jabuuti

Axmed reyaale

________________________ English

The points identified at the meeting of the UAD:

-First, December 18, 2011 was declared as « NATIONAL DAY OF ALL VICTIMS DJIBOUTI » bringing together all the victims of this dictatorship is what the victims of massacre Arhiba be victims of torture and inhuman or victims of murder or disappearances of opponents and leaders of Djibouti since independence to the present. And all the people of Djibouti is expected to record all their victims in the list of victims of the dictatorship and massive participation to date Memorial to commemorate all victims of Djibouti.

-Second, a tour of the UAD across the capital was used to mobilize the whole population to come to the streets and commemorate this historic day which is a duty of remembrance and solidarity with all the people of Djibouti are called to celebrate and pay tribute to all victims of this dying regime and particularly the victims of the massacre Arhiba. As a result, tomorrow, Friday, the UAD organize a meeting in LAYABLEY, then in other parts of the city so well that the political offices of the UAD will meet every Monday starting on Monday of December 12 as the mobilization will continue.

Added to all parts of the capital are squared by the police and the gendarmerie who are omnipresent everywhere even in the streets and thoroughfares of the city and the population is under the rule of the repressive apparatus siege.Tout is to contain and discourage any protest movement or event. Here is a little tough situation confronting the people in these difficult days that require courage and determination.

-Finally, caution and vigilance are the watchwords to continue the struggle.

Other national news:

– Health in Djibouti is wrong or ill die from lack of basic care and cholera ravaging neighborhoods and many people including children in infancy and which the State can not stop it and to provide effective solutions and real despite repeated warnings launched by international organizations such as UNICEF, WHO, UNDP same diplomatic representations have taken action against this scourge.

Nagging social unrest or military desertions and descents are observed according to informed sources. Even the sending troops to Somalia Djibouti is not unanimity in the national opinion which considers a suicide mission for our soldiers do not even know the objectives of their deployment in AMISOM.

And this point, the opposition was clear and firm in asserting that this mission constituted interference in the internal affairs of the state and the sovereign people of Somalia.

-Other information, a roundup of Djiboutian citizens was conducted on 2 days in an area of Balbala or fathers and mothers (preliminary figures suggest 200) were arrested and thrown into prison after being detained Gabode in districts and police as well as grounds to Nagad problem of electricity which is one of those people the renowned artist and founder of the national anthem Mr ABDI QUARCHILEH Robleh said.

Is this a reason to order an entire neighborhood?

Here is the latest information in general this week.

Other information will follow