01/01/06 (B331) La riposte au piratage de notre domaine à partir de Djibouti s’organise. De nouvelles adresses de consultation vont être bientôt communiquées à l’ensemble des Djiboutiens. De plus, le journal sera envoyé deux fois par semaine aux abonnés.(ARDHD)

1 – Abonnement.
Désormais, le journal sera envoyé deux fois par semaine à tous les abonnés.
Pour vous abonner, cliquez ici

2 – Multiplication des sites qui diffusent nos informations
Le régime dictatorial, sanguinaire et liberticide de Guelleh est aux abois. Il pense qu’en supprimant l’accès aux sites de l’ARDHD, de la LDDH et du GED, il va conserver la population dans l’ignorance des actions qui se préparent.

Il n’en sera rien ! La riposte s’organise rapidement et dans moins de dix jours, le site de l’ARDHD sera accessible sur plus de 20 noms de domaine différents. Et s’il le faut, nous multiplierons les adresses d’accès.

D’ici quelques jours, nous devrions être en mesure de vous donner déjà 2 ou 3 nouvelles adresses, le temps de régler les détails techniques. Et ensuite, la liste s’allongera chaque jour …

3 – Informer les Djiboutiens qui sont au pays.
Nous informons nos correspondants et nos relais de ces nouvelles mesures. Mais nous recommandons à tous les lecteurs, établis à l’étranger, d’informer leurs parents et amis qui sont au pays de ces nouvelles mesures. Merci à tous pour votre effort en faveur de la liberté de l’information.

01/01/06 (B331) Question de M. Alhoumekani au sujet du paiement d’un Euro à Ibrahim Zakaria, auquel nous avons été condamnés par la Justice française.

Question de Mohamed Alhoumekani :
"Est-ce que l’ARDHD a pu réunir la somme d’un Euro et la faire parvenir à Ibrahim Zakaria, car il semble qu’il s’impatiente ?"

Réponse de l’ARDHD :
"Effectivement nous sommes en train de réunir la somme. Grâce aux efforts et tous et en particulier à la vaste campagne de collecte lancée par le GED, de nombreuses Djiboutiennes et Djiboutiens, tous opposants au régime, nous ont fait parvenir individuellement UN centime d’Euro.

Nous avons récolté actuellement 96 centimes d’Euro et nous pensons boucler le budget la semaine prochaine. Nous ferons remettre la somme à l’Ambassade de Djibouti à Paris, pour solde de tout compte."

 

01/01/06 (B331) VALINFO : Un site français regroupe de très nombreuses associations. Vous pouvez le consulter pour connaître leurs activités et les événements qu’elles préparent.

Valinfo Lien avec VALINFO

Un lien permanent est inséré dans la liste des liens recommandés par l’ARDHD.

31/12/05 (B331) ALERTE ROUGE : le pouvoir liberticide de Guelleh prive les Djiboutiens de la consultation du site de l’ARDHD et de la LDDH. (ARDHD / LDDH)

Nous venons d’apprendre que la dictature a commis un nouveau geste liberticide. Probablement avec l’aide de techniciens français et (avec un éventuel soutien de l’Ambassadeur de France ?) l’accès aux sites de l’ARDHD et la LDDH a été détourné sur Google.dj, pour ceux qui consultent depuis Djibouti.

Nous allons vérifier avec les Webmaster concernés si d’autres sites sont concernés : Uguta.org, Gouv-exil.org, Arhotaba, Djibwatch, ….

Il s’agit d’une opération qui s’apparente à de la piraterie. Avec nos conseils, nous étudions dès maintenant le dépot d’une plainte auprès de l’autorité américaine de gestion des noms de domaine, qui devrait être effective en milieu de semaine prochaine.

En attendant les réponses de l’autorité américaine, nous prenons deux mesures d’urgence :

1°) Nous offrons à tous les Djiboutiens qui en feront la demande, la possibilité de recevoir par abonnement deux fois par semaine notre publication (les mardi et vendredi) au lieu d’une fois. Nous adresser un e-mail pour en faire simplement la demande,

2°) Sous deux semaines environ, nous allons faire copier le site sur plus de 10 autres sites, avec lesquels nous avions passé des accords pour pallier une éventuelle interdiction de notre site par la Justice française. Si le piratage de Guelleh était étendu à ces sites, la plainte contre le régime sera renforcée par autant de plaignants.

Il est évident que cette décision a été prise par représailles contre les articles de la LDDH qui dénoncent les crimes commis, les morts mystérieuses et le harcèlement des syndicalistes. C’est une raison supplémentaire pour poursuivre ce devoir de mémoire et d’information.

30/12/05 (B330) Bonne année à tous. Conservons l’espoir d’un changement radical en 2006 et agissons pour cela. (ARDHD)

L’équipe de l’ARDHD remercie toutes les lectrices et tous les lecteurs qui lui ont adressé des voeux pour la nouvelle année.

Dans l’incapacité de répondre individuellement à tous, nous adressons tous nos voeux à tous les lecteurs et en particulier à tous les Djiboutiens, en espérant que 2006 verra l’émergence d’un nouveau système politique à Djibouti qui redonnera à chacun la liberté de s’exprimer et qui mettra un terme à toutes les violations des Droits de l’Homme, sous quelque forme qu’elles soient.

Ce qui s’est passé en 2005 est dramatique : massacre de civils innocents, décasements de populations déjà en état de grande faiblesse, morts mystèrieuses, harcèlement des travailleurs du Port et de la Poste et de leurs représentants syndicaux, injustement traînés en Justice à deux reprises, en dépit d’un acquittement en première instance.

L’année 2005 a vu aussi Mohamed Aref, au nom de l’ingratitude la plus dégradante, venir plaider en personne contre l’Association et les animateurs qui lui avaient sauvé la vie en 1991. Il a choisi de défendre Ibrahim Zakaria en voulant présenter une image de l’homme disons "différente" de celle qu’ont la majorité des Djiboutiens. Malgré cela et en dépit de l’aide de dernière minute de l’Ambassadeur de France, Aref n’a pas vraiment convaincu la Justice française, qui ne lui a accordé qu’un Euro au total, rejettant 80 % des prétentions de son client.

Mais nous devons conserver l’espoir de voir la fin de la dictature en 2006 avec le licenciement pour faute grave du couple diabolique "Paulette et le Chamelier" et de leurs obligés qui asservissent une population économiquement exsangue. N’oublions jamais que le pays reçoit le montant d’aides internationales le plus important d’Afrique par tête d’habitants … Les prédateurs deront-ils aussi rendre tous ces biens accumulés injustement et répondre des crimes et des enrichissements sans cause ? C’est à souhaiter en ce début de l’année de l’espoir.

Bons voeux à tous.

26/12/05 (B330) L’ARDHD lance le concours, ouvert au vote de toutes les lectrices et de tous les lecteurs, de la Femme ou de l’Homme de l’année avec trois catégories : Violation des Droits de l’Homme, Détournements de fonds, Violation des droits sociaux. (ARDHD)

Actuellement première étape : VOTEZ dès mardi 27 décembre 2006 pour participer à l’établissement de la liste des nominés (première sélection). Voir les modalités à la fin de l’article. (Dates modifiées le 3 janvier)
_______________________________________________________

Catégorie 1 – Violation des Droits de l’Homme : viols, tortures, arrestations arbitraires, exécutions extra-judiciaires, etc…

Catégorie 2 – Détournements de fonds, enrichissement sans cause,

Catégorie 3 – Violation des droits sociaux : travailleurs et syndicalistes.

1 – Qui peut concourir ? Ce sont les lecteurs qui vont exprimer démocratiquement et sans fraude, leur choix en signalant des personnalités appartenant aux catégories suivantes : (Voir § 3 ci-dessous)
Tous les Ministres, les fonctionnaires et les dépositaires d’une parcelle de l’autorité publique (Etat, région, commune), les magistrats, les militaires officiers supérieurs, officiers et sous officiers, les membres des institutions (Assemblée Nationales, cour des comptes), les fonctionnaires de la Police et de la SDS, les Ambassadeurs, les officiers ministériels (avoués, notaires, ..), les membres de professions réglementées (avocats, comptables), les membres des chambres et organismes professionnels (Chambre de commerce, …) et les dirigeants d’entreprises publiques et privées (EDD, DjibTelecom, Maril, Boreh, Dubai authority, Massida, Port, Aéroport, …)

Sont exclus statutairement Paulette et le Chamelier, considérés comme hors concours : le comité de sélection a estimé qu’ils étaient trop brillants dans ces trois domaines pour pouvoir concourir de façon équilibrée avec les autres candidats.

Dans chaque catégorie nous décernerons trois médailles : or, argent et bronze.
_________________________

2 – Déroulement démocratique :

Le concours va se dérouler en quatre étapes :

Étape 1 : première sélection des candidats admis ensuite à concourir pour la finale. Cette phase se déroulera du 27 décembre 2005 0h00 au 13 janvier 2006 à minuit. La date d’envoi des e-mails faisant foi. L’heure retenue est CET (Heure de Paris). Ce sont les lectrices et les lecteurs qui proposent des candidats.

Étape 2 : finale entre les candidats nominés du 14 janvier 2006 à 0h00 au 25 janvier 2006 à minuit. Ce seront les lectrices et les lecteurs qui éliront les candidats.

Étape 3 : dépouillement du 26 au 27 janvier 2006

Étape 4 : proclamation des résultats le 30 janvier 2006

3 – Qui peut voter ?
Tous les lecteurs de l’ARDHD, leurs familles et leurs amis, sans distinction d’origine, d’appartenance et/ou de nationalité.

Une seule réponse par adresse e-mail sera acceptée. L’anonymat des lecteurs qui répondent est garanti par notre Association qui ne conservera aucun fichier nominatif, selon ses règles de fonctionnement.

______________________________________________________

PREMIERE ETAPE : du 27 décembre 2005 0h00 au 14 janvier 2006 (minuit / heure de Paris). Vous allez proposer un ou deux noms de candidats dans chaque catégorie.

Attention vous devrez indiquer le nom complet du candidat de votre choix avec 3 noms au minimum, pour éviter les confusions, sinon votre choix ne sera pas retenu.

Cliquez ici pour envoyer votre pré-sélection de candidats.

26/12/05 (B330) ALERTE DE LA LDDH : seules quelques familles décasées ont effectivement pu être “relogées ?”, mais des centaines d’autres continuent à vivre dans des conditions dramatiques, sans toit, sans hygiène et sans assistance. Faute d’une assistance humanitaire internationale, pour pallier l’absence des services publics de Djibouti, une catastrophe humanitaire se prépare sous le “regard étrangement absent” des puissances occidentales et des organisations internationales isntallées à Djibouti.

Ligue Djiboutienne des Droits Humains
Siège : Quartier V – Boulevard de GAULLE – B.P. 74 – DJIBOUTI /
République de Djibouti
Téléphone/Fax domicile : + 253 / 358 007 – Bureau :+ 253 / 357 804
E-mail : noel_lddh@yahoo.fr / Site : http://www.lddh-djibouti.org


Le Président

NOTE D’INFORMATION
DU 26 DECEMBRE 2005

LES DECASES D’ARHIBA TOUJOURS
SANS ABRIS ET ASSISTANCE
A CAUSE DE L’INDIFFERENCE INTERNATIONALE SUR PLACE.

Au lendemain du drame survenu à Arhiba le 30 Novembre 2005, les défenseurs des droits de l’homme avait lancé plusieurs Appels aux pays amis et organisations internationales présentes à Djibouti afin qu’ils apportent aide et assistance aux milliers de sans abris générés par les décasements inhumains.

En dehors d’une ponctuelle solidarité nationale, les premiers jours, force est de regretter que ni les puissances démocratiques ni les organisations internationales présentes sur place à Djibouti n’ont apporté à ce jour le moindre secours humanitaire aux sinistrés d’Arhiba.

A ce jour, les autorités Djiboutiennes n’ont fait que “reloger ?” quelques dizaines de familles de dockers sur le site non viabilisé du PK12.

Si quelques terrains ont été effectivement attribués à quelques familles décasées d’Arhiba, il est important de préciser que le site d’Arhiba 2 est toujours occupé par des centaines de familles survivant dans des conditions inhumaines sans abris, donc sans relogement exposés au soleil, à la soif et aux mouches le jour, et aux moustiques la nuit.

Ces personnes parmi lesquelles on compte de nombreux enfants, femmes et vieillards végètent toujours dans un dénuement complet sur un espace sinistré et insalubre.

Aussi, craignant une catastrophe humanitaire en pleine capitale, la LDDH réitère son appel désespéré pour que les nations démocratiques et organisations humanitaires présentes dans notre pays s’alarment enfin de la détresse matérielle et morale des habitants décasés d’Arhiba en leur apportant dans les plus brefs délais le minimum d’assistance humanitaire dont ils ont cruellement besoin.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) invite donc toute les organisations humanitaires non gouvernementales et les chancelleries à se rendre directement sur le terrain pour constater l’ampleur du désastre humanitaire causé par la démission des pouvoirs publics et l’indifférence générale de la communauté internationale.

Demain il sera trop tard !

M. NOEL ABDI Jean-Paul

18/12/05 (B329) UIDH Union Interafricaine des Droits de l’Homme : communiqué du 15/12 pour dénoncer l’arrestation arbitraire par les sbires de Guelleh, de Jean-Paul Noël Abdi, Vice-Président de l’UIDH et Président de la LDDH.

Communiqué de l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme

Subject: Arrestation de M. Jean Noel Abdi
Date: Thu, 15 Dec 2005 11:34:00 -0000
ARRESTATION ET DETENTION DE JEAN-NOEL ABDI

L’Union Interafricaine des Droits de l’Homme (UIDH) est inquiète de la dégradation de la situation des droits de l’homme en Djibouti. En effet, selon les informations que nous venons de recevoir, M. Jean-Paul Abdi Noel, Président de la Ligue Djiboutienne des Droits de l’Homme (LDDH) et Vice Président de la Corne de l’Afrique aurait été convoqué le 14 décembre par la police nationale. Il aurait été ensuite transféré à la prison de NAGAD. Nous ignorons les motifs réels de cette interpellation et emprisonnement.

Nous nous rappelons des nombreuses dénonciations des violations graves des droits humains perpétrées par les autorités djiboutiennes et régulièrement dénoncées par la Ligue Djiboutienne des Droits de l’Homme. Les dossiers qui continuent de défrayer la chronique : l’arrestation en septembre 2005 des responsables syndicaux suite à une grève des travailleurs du port ; la répression meurtrière en décembre à l’encontre des habitants décasés d’Arhiba II, intervention qui s’est soldée par 7 morts, 8 blessés graves, 5 disparus ; ce dossier jusqu’à ce jour n’a pas connu de suite judiciaire.

Ces atteintes récurrentes aux droits humains ont été portées à la connaissance de l’opinion publique par Jean Noel Abdi ; son arrestation semble être liée à ses prises de position régulières sur la situation des droits de l’homme dans le pays.

Face à ces nombreuses dérives et à ces graves manquements à la liberté d’opinion, d’association, l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme demande aux autorités djiboutiennes :

– la libération sans condition de M. Jean-Paul Abdi Noel ; M. Jean-Paul Abdi Noel a des problèmes de santé et doit régulièrement des médicaments ;
– la garantie de son intégrité physique et psychologique ;
– l’arrêt des tracasseries contre les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme dans le pays ;
– à se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme et plus particulièrement à son article 1 “chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international”, son article 12.2 qui dispose que “l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration”.

Fait à Ouagadougou le 15 décembre 2005
Le Président de l’UIDH
Me Halidou OUEDRAOGO