Articles

20/08/07 (B409) ALERTE ROUGE POUR LES REFUGIES DJIBOUTIENS – Alerte suspendue, en raison des assurances reçues de la part de UN HCR, bureau d’Addis Abeba. (ARDHD)

Comme nous l’avions annoncé, un membre de l’ARDHD a eu une conversation téléphonique avec un responsable du HCR à Addis Abeba.

Il ressort de cet entretien que le HCR procéde actuellement à une actualisation de tous les dossiers des réfugiés présents à Addis Abeba, quelle que soit leur nationalité.



Il s’agit d’un travail relativement long et le HCR a prolongé de six mois, l’assistance qui est accordée, en
particulier aux réfugiés djiboutiens inscrits au HCR à Addis Abeba.

Une décision définitive sera prise ensuite au cas par cas.



Cela concerne en particulier, les trois réfugiés cités dans nos précédentes informations qui
ont reçu un courrier non pas pour leur signifier une suspension de l’aide, mais pour les informer de cette prorogation de six mois.

__________________________________ Note de l’ARDHD
Tout d’abord, nous tenons à remercier ce responsable du HCR d’Addis pour sa disponibilité et pour la précision des informations qui nous ont été confirmées ensuite par écrit.

Nous remercions ensuite les dirigeants de SURVIE qui sont intervenus à plusieurs reprises, à nos côtés et qui ont soutenu cette action, sans oublier “le frère d’armes” de ces djiboutiens qui est exilé en Europe du Nord et qui n’a pas cessé de se battre en leur faveur.

On peut se réjouir du fait que le HCR ait été sensible à l’argumentation développée par ces réfugiés et que nous avons relayée depuis plusieurs mois. Le HCR a certifié qu’il avait pris note des risques pour eux en cas d’un retour vers Djibouti.

Mais nous devons rester vigilants en attendant qu’une décision définitive soit prise en faveur du maintien de l’aide en Ethiopie et qu’elle soit confirmée.



20/08/07 (B409) REUTERS : le Président érithréen accuse les USA d’entretenir les conflits dans la Corne de l’Afrique et ils estiment qu’ils doivent changer de politique dans la région – U.S. must change policy in Horn of Africa – Eritrea (En Anglais – Info lecteur)

By Jack Kimball

ASMARA, Aug 20 (Reuters) – Eritrean President Isaias Afwerki accused the United States of fuelling conflicts in the Horn of Africa and urged Washington to change its policies in the latest round of finger-pointing between the two nations.

The comments, published on Monday, came days after Washington said it was considering placing Eritrea on its list of state sponsors of terrorism for allegedly aiding Islamists battling the Ethiopian-backed Somali government.

“The U.S. attempt to put into effect its strategy of monopoly and dominance through fomenting confrontation among peoples is leading the world to a dangerous path,” the Ministry of Information Web site, shabait.com, quoted Isaias as saying.

“U.S. Administration officials need to change their frame of thinking and put an end to their acts of adventurism, as well as weaving conspiracies to undermine our national interests.”

Asmara’s ties with Washington steadily worsened after an Ethiopian-backed Somali government offensive over the New Year ousted Islamists from Mogadishu. Diplomats said Washington tacitly backed Ethiopia, while Eritrea supported the Islamists.

The United Nations accused Asmara last month of sending large amounts of arms to the Islamists, echoing a similar report by the U.N. arms body last year. Eritrea denies this.

“The latest developments witnessed in Eritrea-U.S. relations emanated on the one hand from the existing situation in Somalia, and (are) connected with the Eritrean people’s steadfastness and resistance on the other,” Isaias said.

After its 30-year independence war with Ethiopia ended in 1991, Eritrea initially had blossoming ties with Washington. But relations quickly soured after a 1998-2000 border war with Ethiopia, the top U.S. counter-terrorism ally in the region.

Asmara says the United States has done little to force Ethiopia to accept a 5-year-old border ruling marking the nations’ shared frontier.

Over the last year in Asmara, a tit-for-tat diplomatic battle has been raging.

Washington says Eritrea is holding up diplomatic pouches, denying visas for U.S. diplomats and supporting the Islamists in Mogadishu whom, the United States says, have links to terrorists. Eritrea denies these claims.

Heightening tensions, Washington said early last week it was shutting down an Eritrean consulate in Oakland, California.

And U.S. Assistant Secretary of State Jendayi Frazer said last week Washington could make a case to put Eritrea on the terrorism list with the likes of Iran, North Korea and Syria.

20/08/07 (B409) REUTERS : Lundi, l’explosion d’une mine, à proximité du centre de Conférences de Mogadiscio, a blessé quatre civils – Mogadishu blast wounds four near peace talks venue (En Anglais – Info lecteur)

A landmine blast wounded four civilians close to the venue of Somalia’s peace meeting in the capital Mogadishu on Monday, a day after a respected elder attending the talks was shot dead.

The early morning attack occurred a few hours before the latest talks began at a refurbished police garage. Witnesses said the blast was aimed at government troops riding on a “technical” — Somalia’s version of a battlewagon.

“Two women and children walking nearby were wounded,” Abdi Bishar, a police officer who witnessed tHe attack, told Reuters by telephone. “The landmine targeted troops in a vehicle.”

Hours later, suspected insurgents hurled a grenade and opened fire at police patrolling around the SOS children’s hospital in north Mogadishu’s Horuwa district, residents said. At least seven people were wounded including five policemen.

“The police responded by firing back. A man and a woman were wounded in the cross fire. I saw five wounded policeman but I don’t know what hit them. It was chaos. People were running and I also fled,” Farhia Farah, who lives nearby, told Reuters.

Such attacks have become a daily occurrence in Mogadishu since an Islamist movement was ousted by Somali government troops and Ethiopian forces at the end of 2006.

Civilians normally suffer the brunt of casualties.

Somalia has been without a functioning government since military ruler Mohamed Siad Barre’s regime collapsed in 1991.

The peace conference is intended to kick-start a peace process, but is being boycotted by Islamist leaders.

19/08/07 (B409) ALL AFRICA.COM / Somalie : deux attaques nocturnes (samedi soir) de poste de police à la grenade, attribuées à des insurgés – Somalia: Insurgents Attack Police Stations Overnight (En Anglais – Info lecteur)

Shabelle Media Network (Mogadishu)

Suspected Islamist-led insurgents attacked two police stations in Mogadishu, the Somali capital, overnight.

According to government officials, insurgents carried out ambush attacks on Wabari and Wadajir police stations in south of Mogadishu on Friday night.

Speaking to Shabelle by the phone, Ahmed Daai, the chairman of Wadajir district, said unknown gunmen attacked the station around 8: 30 p.m. local time.

He said the assailants used rocket propelled grenades. “The police defended themselves and their base. They fired back and there were no casualties in our side,” he said.

The second insurgent attack targeted Wabari police station around 11: 15 p.m. local time. The head Somali public and press relations, Abdiwahid Omar, told Shabelle that there were exchanges of gunfire between the police and the suspected Islamists. He said there no casualties on the police side.

Meanwhile government police have conducting weapons search operations in parts of Mogadishu on Saturday following several grenade blasts that rocked the capital in the last 48 hours.

On Saturday three police officers have been seriously wounded in a roadside bomb explosion around Somalia’s police academy at the center of the capital.

According witnesses, the police vehicle went under the land mine which was remotely detonated.

The blast took place at 7: 15 a.m. local time.

Three government police officers have been seriously wounded in a roadside bomb explosion around Somalia’s police academy at the center of the capital.

According witnesses, the police vehicle went under the land mine which was remotely detonated.

Unconfirmed reports indicate that two government officials were onboard.

19/08/07 (B409) AP – Au moins 18 morts dans un affrontement pour des terres dans le centre de la Somalie (Info lectrice)

Au moins 18 personnes ont été tuées et 15 autres blessées au cours d’affrontements entre milices de deux clans rivaux pour des terres à pâturages et des puits dans le centre de la Somalie, ont rapporté des témoins.

“La milice utilise des lance-grenades et d’autres armes lourdes, poussant les habitants à fuir”, a déclaré Abdi Hirey, témoins de ces affrontements, au cours d’une communication-radio.

La bataille se poursuivait dans la journée, dans les villages de Mahas et Wabho, à environ 480 km au nord-est de Mogadiscio, dans le centre de la Somalie.

Pendant la saison sèche dans cette zone aride, les pâturages et l’eau pour le bétail se font rares, faisant escalader les tensions entre groupes d’éleveurs.

19/08/07 (B409) AP – Trente-deux opposants libérés en Ethiopie (Info lectrice)

Trente-deux opposants détenus depuis deux ans sans avoir été inculpés en Ethiopie ont été libérés samedi, a annoncé le porte-parole du gouvernement Zemedkun Tekle.

Ces militants avaient été arrêtés dans le cadre de violences post-électorales et avaient réclamé à être graciés, tout comme 38 dirigeants de l’opposition jugés pour incitation à la violence et condamnés à des peines allant de 18 mois à la prison à vie. Ces derniers ont été libérés le 20 juillet après avoir signé, selon eux sous la contrainte, des lettres d’excuses au gouvernement.

Bereket Simon, conseiller du Premier ministre Meles Zenawi, a dit ne pas savoir pourquoi ces personnes avaient été détenues deux ans sans être inculpées.

En 2005, l’opposition au régime de Meles Zenawi avait remporté un nombre important de voix, mais pas suffisamment pour renverser le gouvernement. L’opposition a affirmé que le scrutin avait été frauduleux.

A la fin de l’année dernière, Addis Abeba a reconnu que ses forces de sécurité avaient tué 193 civils au cours des manifestations ayant suivi ces élections, mais affirmé que le recours à la force n’avait pas été excessif.

19/08/07 (B409) BELGA – Somalie: un important chef de clan assassiné à Mogadiscio

Un important chef de clan somalien a été abattu par des hommes armés dans la nuit de samedi à dimanche à Mogadiscio, a annoncé un porte-parole gouvernemental somalien.

“Qu’Allah le bénisse, Moalim Harun Moalim Yusuf était un des chefs de clans somaliens parmi les plus importants, il a été tué par deux hommes armés de pistolets alors qu’il rentrait de sa prière du soir”, a déclaré le porte-parole, Abdullahi Mohieddin Odka.

“Il est mort sur le coup”, a-t-il ajouté.

La victime était le chef des négociateurs pour le Mudulod, considéré comme le plus importants des clans à Mogadiscio.

Il s’agit du premier assassinat dans la capitale depuis des années d’un chef de clan d’un rang aussi élevé.

La situation à Mogadiscio continue de se dégrader depuis la chute fin décembre-début janvier des tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis plusieurs mois la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie.

Des insurgés, opérant avec des combattants islamistes, mènent des attaques régulières visant essentiellement les forces de sécurité somaliennes et éthiopiennes qui ripostent de façon violente. (DEC)

19/08/07 (B409) JEUNE AFRIQUE – Mogadiscio: une femme tuée et quatre blessés dans de nouvelles attaques (Info lecteur)

Une Somalienne a été tuée et quatre personnes ont été blessées samedi lors d’une nouvelle série d’attaques menées par des insurgés contre des cibles gouvernementales à Mogadiscio, ont indiqué des responsables de la sécurité et des témoins.

La femme a été tuée dans le dangereux quartier du marché de Baraka à Mogadiscio lorsque des forces de police ont ouvert le feu après avoir été elles-mêmes la cible d’une attaque, a déclaré un témoin, Bashir Khalif Gani.

“La femme était en train de vendre ses marchandises près du lieu où s’est produit une explosion et une balle l’a touchée alors qu’elle se trouvait à l’intérieur du magasin”, a-t-il dit.

Un autre témoin, Yusuf Mohammed, a déclaré pour sa part que “la police avait ouvert le feu à l’aveugle”.

Par ailleurs, trois personnes ont été blessées dans l’explosion d’un engin posé sur une route qui a touché une voiture transportant d’importants responsables de la sécurité dans la banlieue sud de la capitale, a déclaré un porte-parole du gouvernement local, Said Mohammed Mohieddin.

“Des groupes radicaux étaient derrière l’attaque” visant le véhicule et “la bombe a touché la voiture qui passait près de l’académie de police”, a-t-il déclaré.

La Somalie, pays de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991. Mais la situation à Mogadiscio s’est dégradée considérablement depuis la chute, il y a sept mois et demi, des tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis plusieurs mois la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie.

Des insurgés, dans les rangs desquels se trouvent des combattants islamistes, mènent des attaques régulières visant essentiellement les forces de sécurité somaliennes et éthiopiennes qui ripostent de façon violente.

C’est l’armée éthiopienne qui a défait le contre-pouvoir que représentaient les tribunaux islamiques face au fragile gouvernement somalien.

Selon un bilan des victimes compilé par l’AFP, plus de 40 Somaliens – majoritairement des civils – ont été tués depuis le 11 juillet.

Depuis leur défaite, les insurgés ont continué de lancer des attaques quasi-quotidiennes de type guérilla contre le gouvernement ou des cibles éthiopiennes.