Articles

07/04/08 (B442) France Info : Le Ponant a jeté l’ancre

Le Ponant, voilier de luxe français pris en otage par des pirates, a accosté sur la côte nord de la Somalie. Le gouvernement français aurait pris contact avec les pirates.

L’équipage et les passagers semblent en bonne santé.

Après plus de 48 heures de mer et plus de 400 km parcourus depuis l’attaque, le Ponant a jeté l’ancre au sud de la province semi-autonome du Puntland, a indiqué une source militaire française en début de soirée (heure française). Mais personne ne peut dire si les pirates ont atteint leur base ou si il ne s’agit que d’un mouillage temporaire.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait annoncé un peu plus tôt un premier contact avec les pirates :“ Nous avons établi le contact et l’affaire risque d’être longue”, a-t-il déclaré. “Il faut faire tout pour qu’il n’y ait pas d’effusion de sang”, a ajouté le ministre français.

Quant à savoir si la France était prête à payer une rançon aux pirates, M. Kouchner a répondu : “Nous verrons bien”

07/04/08 (B442) La Chasse aux Français, dont nous avions annoncé, en exclusivité mondiale, l’ouverture prochaine, vient d’être lancée aujourd’hui à 15h00 (Djib) sur la RTD en langue Somalie. Chasse sur terre, dans les airs et peut-être aussi sur mer, si les informations de Radio-trottoir se vérifient dans les prochains jours.(Correspondant)


Roger Picon
A 15 heures djibouti, en langue Somalie, la RTD a diffusé un communiqué lançant des mandats d’arrêt contre cinq français. Leurs noms n’ont pas été donnés. Le rédacteur a-t-il peur d’un dépôt de plaintes parallèles pour diffamation ou diffusions de fausses nouvelles ???

Tout ce que l’on sait c’est qu’il s’agit de cinq Français : deux anciens Conseillers à la Présidence de la République et à la Justice, deux Professeurs et un soit disant prêtre d’après la radio.

Si les noms ne sont pas précisés dans le Communiqué écrit qui ne manquera pas d’être diffusé par l’ADI, alors la peur va atteindre son niveau maximum, même Maki commencerait à trembler ?

07/04/08 (B442) Multiplication des incendies à Arhiba, qui ont pour effet de vider des quartiers de leurs habitants et de laisser libre cours à la spéculation immobilière conduite par la Reine Paulette de Pacotille (RPP) et son complice, le fameux Borreh.

Une fatalité qui fait bien les choses! Imprévoyance ou volonté ???

La Fatalité semblent exister aussi à Djibouti, contrairement à ce qui disait Guelleh dans le discours qu’il a prononcé à l’occasion de l'”Ouverture du symposium ministériel des pays du Golden Spear / Unis face aux forces du chaos ” et qui avait été repris dans La Nation dans La Nation du 8 novembre 2007.

Beaucoup de catastrophes et leurs conséquences sont là pour nous convaincre, a souligné le Président, que c’est notre responsabilité collective qui est engagée.



Parce que nous n’aurons pas pu prévoir et éviter une guerre ; elle va ravager notre pays et notre économie. Parce que nous n’aurons pas su prévoir et éviter une famine ; elle va appauvrir et décimer nos populations. Parce que nous n’aurons pas su éviter et prévoir une épidémie ; elle va faire vaciller la santé de nos populations. “


Mais le Chamelier n’est pas à une contradiction près ! Il pourra toujours nous dire qu’il perd la mémoire de temps à autre. Cela fait déjà un certain temps qu’il est atteint de ce trouble. Par exemple, souvenez-vous, il avait oublié que Yacin Yabeh avait été son ami et il a oublié de lui faire envoyer des soins urgents en prison.


Roger Picon

07/04/08 (B442) Nouvel Obs avec AFP / Somalie : le voilier “Ponant” a jeté l’ancre au sud du Puntland.

Capturé vendredi par des pirates, le voilier de croisière a mouillé au sud de la côte de la région somalienne du Puntland, après que le gouvernement français a établi un premier contact.

Le voilier français de croisière de luxe capturé vendredi par des pirates au large de la Somalie a mouillé au sud de la côte de la région somalienne du Puntland, dimanche 6 avril au soir, après que le gouvernement français a annoncé avoir établi un premier contact avec les ravisseurs.

Après plus de 48 heures de mer et plus de 400 km parcourus depuis l’attaque, le Ponant a jeté l’ancre au sud de la province semi-autonome du Puntland, a indiqué une source militaire française en début de soirée (heure française). Mais une chose n’était pas claire : savoir si les pirates avaient atteint leur base ou effectué un mouillage temporaire.

“Pas d’effusion de sang”

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait annoncé un peu plus tôt un premier contact avec les pirates.

“Nous avons établi le contact et l’affaire risque d’être longue”, a-t-il déclaré. “Il faut faire tout pour qu’il n’y ait pas d’effusion de sang”, a ajouté le ministre français.

Quant à savoir si la France était prête à payer une rançon aux pirates, Bernard Kouchner a répondu : “Nous verrons bien”.

Depuis l’attaque de vendredi, Le Ponant se dirigeait vers le sud, pisté à distance par l’aviso français Commandant Bouan. La présence de ce navire “nous permet d’avoir une parfaite observation et connaissance de la situation,” a souligné dimanche le ministre français de la Défense, Hervé Morin.

La décision d’une éventuelle intervention “ne peut être prise qu’avec la certitude que ça se fera dans des conditions de sécurité qui préservent l’intégrité de l’équipage”, a ajouté Hervé Morin.

“Pirates bien armés”

Le yacht compte une trentaine de membres d’équipage, dont 22 Français et une dizaine d’Ukrainiens.

“On sait juste qu’ils vont bien, qu’ils sont sains et saufs”, a indiqué dimanche à l’AFP une porte-parole de l’armateur français du yacht, CMA-CGM.

Les côtes somaliennes sont périlleuses pour la navigation. Des pirates y attaquent régulièrement les navires pour s’emparer de leur cargaison et obtenir le paiement de rançons.

C’est dans ce secteur qu’un remorqueur russe et ses six membres d’équipage avaient été retenus en otage du 1er février au 17 mars 2008, avant d’être libérés contre une rançon de 700.000 dollars (450.000 euros).

Un responsable de la région somalienne semi-autonome du Puntland, Abdullahi Said Aw-Yusuf, avait déclaré à l’AFP que le détournement avait été mené par “des pirates bien armés du Puntland” jugeant qu’ils ne pourraient “aller beaucoup plus loin que Garaad”, à l’extrémité sud de cette région.

La Somalie est ravagée par la guerre civile depuis la chute du président Mohamed Siad Barre en 1991. Son gouvernement de transition, soutenu par l’Ethiopie, contrôle peu du pays et combat régulièrement des milices islamistes que les Etats-Unis accusent d’être liées à Al-Qaïda. (avec AFP)

07/04/08 (B442) Radio-Trottoir (suite) Et si l’affaire de l’arraisonnement du Ponant n’était pas aussi simple que l’écrit la presse française ? Si des intérêts croisés entre Guelleh, des armateurs établis dans les émirats et des forces islamistes somaliennes en quête de financement se rencontraient en eau trouble avec en surimposition un double jeu façon Guelleh. Les tireurs du GIGN auraient-ils une chance de mettre un terme à la capture du navire par la force ? (Les Informations publiées dans cette rubrique particulière le sont toujours avec les réserves d’usage, car nous n’avons pas les moyens de les vérifier). Proposition de notre lecteur volontaire, pour conseiller les autorités françaises.

Notre lecteur propose un conte moderne. Version “presque” imaginaire…

Imaginez que le Ponant soit passé au large de l’île de Socotra, qui serait devenue un véritable repaire de flibustiers, pirates et traficants de tout poil. Aussitôt l’alerte donnée par l’observateur de service, un gros navire affrêté par de riches commerçants de Dubaï (reconvertis, par exemple, après le 11 septembre et le gel des avoirs de leur organisation présente aussi à Djibouti) pourraît être parti d’Aden ou de Dubaï (connue autrefois comme la côte des Pirates ..). Croisant le Ponant en haute mer, le navire largue deux ou trois petits bateaux rapides et bien armés et il continue paisiblement sa route vers Berbera ou Bossaso …

Le Ponant est convoyé ensuite vers le port d’Eyle, dont le business maritime serait contrôlé par le frère du Ministre des Affaires étrangères de l’ancien Président du GNT, (Abdiqassim Salad Hassan, élu à la force du poignée d’IOG à Arta). Des hommes de main appartenant à la mouvance “shebab”, un peu fauchée en ce moment, avec la raréfaction des aides saoudiennes, constituent la main d’oeuvre, tandis que la logistique et la coordination sont assurées par les équipes de Dubaï …

Guelleh propose à la France son assistance et ses informations. La France délègue le GIGN sur place et tient compte de ses avis. Peu méfiante, elle ne cache pas ses plans d’intervention. Aussitôt Guelleh renseigne les Shebabs sur les mouvements français des prochaines heures, jouant comme à son habitude, un double jeu.

Résultat malheureusement possible : un gros carnage et une déroute pour les Français, qui réjouit Guelleh … Un bâteau perdu et des marins-otages tués.

Conseil de notre lecteur :
traiter le problème de façon différente, car la solution n’est ni en Somalie dans une épreuve de force, ni à Djibouti qui a pour seul intérêt de faire passer un mauvais quart d’heure à la France dans cette affaire. Le lecteur se déclare à l’entière disposition des autorités françaises qui voudraient prendre contact avec lui, via notre organisation. Ce que nous ferons si nous recevons une demande officielle.

06/04/08 (B442) TV ON LINE / De très durs combats dans le Sud de la Somalie et dans la région de la capitable causent la mort de 17 personnes. 17 killed in Somali violence (En Anglais – Info lecteur)

Heavy fighting continues to wreak havoc in Somalia

Heavy fighting continues to wreak havoc south of Somalia and in the country’s capital where violence has claimed another 17 lives.

At least four Somali government officials were gunned down in south Mogadishu’s Waberi district, including the head of the Supreme Court, Hagi Ali Dududble.

Elsewhere in north Mogadishu, the head of Hormut Telecom Somalia was shot dead in his car by armed men wearing government uniforms and another 12 soldiers were killed in the Puntland town of Bossaso near the sea port where roads have been closed following the killings.

Over the past year, the insurgents have attacked government targets after being ousted from the southern and central regions by Ethiopian-backed Somali troops in early 2007.

The fighting has killed thousands and forced hundreds of thousands to flee mainly from Mogadishu, which has been the epicenter of the clashes.

06/04/08 (B442) AFP / Le Ponant toujours au large de la Somalie et suivi par l’armée française (Info lecteur)

PARIS (AFP) – dimanche 06 avril 2008 – 10h40 – Le voilier de croisière de luxe Le PONANT, sur lequel des retiennent une trentaine de membres d’équipage, faisait toujours route dimanche matin au large des côtes somaliennes, se dirigeant vers une destination inconnue, a indiqué le ministre de la Défense Hervé Morin.

“Nous sommes toujours dans cette phase de pirates qui continuent à naviguer et que nous suivons à distance avec des moyens militaires qui nous permettent d’avoir une parfaite observation et connaissance de la situation,” a déclaré M. Morin sur Europe 1.

Le voilier, qui appartient à une filiale de la CMA-CGM et a été attaqué vendredi par les pirates à l’entrée du golfe d’Aden, navigue “au large des côtes dans les eaux territoriales somaliennes, et nous avons l’accord des autorités somaliennes pour suivre le bateau”, a poursuivi le ministre.

Le Ponant est suivi depuis vendredi par l’aviso Commandant Bouan de la Marine nationale française, qui se trouvait dans la zone dans le cadre de la force maritime internationale anti-terroriste “Task Force 150”.

M. Morin a précisé que les autorités n’avaient pas d’indication sur la destination du Ponant et n’avaient toujours reçu aucune communication ou demande de rançon des pirates. “En général, ils (les pirates) font demande de rançon lorsqu’ils sont arrivés à terre,” a-t-il relevé.

Alors que le Premier ministre François Fillon a souligné samedi que la priorité était la sécurité de l’équipage –une trentaine de Français et une dizaine d’Ukrainiens– M. Morin a assuré que la décision sur une éventuelle intervention “ne peut être prise qu’avec la certitude que ça se fera dans des conditions de sécurité qui préservent l’intégrité de l’équipage”.

“Voyons comment les choses évoluent et continuons à suivre ce bateau pour être en mesure de pouvoir nouer les contacts ou mener telle ou telle opération en fonction de la situation”, a-t-il poursuivi.

Le gouvernement avait déclenché dès vendredi le plan “Pirate-mer”, qui permet de mobiliser notamment des unités d’élite telles que les Commandos Marine, dont certains détachements peuvent se trouver sur des navires de la Marine nationale, et le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale.

Alors que les premières photos du Ponant après l’attaque montrent des pirates sur le pont supérieur et deux petits canots à moteur remorqués par le navire, M. Morin a expliqué ne pas avoir de détails sur le déroulement de l’attaque.

Il a toutefois relevé que les pirates attaquaient souvent “à partir de canots rapides”, sans exclure la présence d’un bateau plus important à partir duquel les canots auraient mené m’assaut.

Le dernier (25/31 mars) rapport anti-piraterie du Bureau maritime international (IMB) mettait en garde sur la possible présence dans la zone somalienne de “+bateaux-mères+ capable d’opérer très au large pour lancer des canots pouvant attaquer et détourner des navires”.

Un responsable de la région semi-autonome somalienne du Puntland avait fait état samedi d’informations selon lesquelles les pirates se dirigeraient vers la zone côtière de Eyl, à environ 800 km au nord de Mogadiscio.

C’est dans ce secteur qu’un remorqueur russe et ses six membres d’équipage avaient été retenus en otage du 1er février au 17 mars dernier, avant d’être libérés contre une rançon de 700.000 dollars (450.000 euros).

Les côtes somaliennes sont l’une des régions les plus périlleuses au monde pour la navigation. La Somalie est ravagée par la guerre civile depuis 1991 et n’a pas de pouvoir central fonctionnel

06/04/08 (B442) Avertissement du Gouverneur de l’Hiiran aux commanditaires des insurgés somaliens : ils seront arrêtés et incarcérés à perpetuité – Somali insurgent backers warned (En Anglais – Info lecteur)

The Governor of Somalia’s Hiiran region has publicly announced those who support the insurgents would be arrested and held indefinitely.

The governor made his announcement in the Hiiran town of Baletweyn while he was backed by three tanks and hundreds of soldiers, Press TV correspondent reports.

Women, children and elders were forced to attend the press conference where he warned against siding with the opposition Islamic Courts Union (ICU) and al-Shabab fighters, threatening arrest, incarceration and the death penalty.

Hiiran residents say it is the Ethiopian policy to ‘divide and rule’, as well as assisting the governor in carrying out such heinous crimes as setting fire to civilian areas.