[dg order= »DESC » columns= »2″ new_window= »true » ids= »27021,27020″]

12/12/2021 (Brève 1992) TRENTE ANS DE L’ARDHD : MOHAMED ALHOUMEKANI INCARCERE AU YEMEN. GUELLEH TENTE TOUT POUR LE FAIRE EXTRADER VERS DJIBOUTI

Comme chacun le sait, Mohamed Alhoumekani était considéré comme un témoin clef dans l’instruction pour l’assassinat du Juge Bernard Borrel, puisqu’il avait rapporté sous serment une conversation entendue au Palais de l’Escale, dont il assurait la sécurité. « Le Juge fouineur est mort ».

Depuis son témoignage reçue en Belgique par la Juge Marie-Paule Morrachini, au cours d’un interrogatoire où elle s’était montré particulièrement menaçante, même en présence d’un officier belge, qui a confirmé les faits,

Guelleh n’avait plus jamais arrêté de décrédibiliser cet ancien officier de la Garde républicaine et de tenter par tous les moyens de le faire revenir sur son témoignage fort compromettant pour lui.

L’histoire nous montrera que les autorités françaises n’ont pas réellement tenu compte de ce témoignage capital, ce qui aurait découragé Mohamed Alhoumekani.
__________________________

Au cours d’un voyage au Yémen pour accompagner son fils qui allait gagner la finale d’un combat
de Boxe Thaïlandaise à Sanaa en septembre 2013 devant 30.000 personnes, il avait été arrêté par les autorités yéménites et immédiatement incarcéré à Sanaa en préventive, au mois d’août 2013, probablement à la demande de Guelleh.

Ce dernier a multiplié les pressions pour obtenir l’extradition de Mohamed Alhoumekani, déléguant un ministre, puis le Cordeau repenti (Maître Aref Mohamed Aref), promettant de l’argent et d’autres cadeaux aux autorités yéménites. Sans succès au final, comme la suite nous le dira.

Dès qu’elle avait été informée de son arrestation puis de son incarcération, l’équipe de l’ARDHD s’était mobilisée. C’est ainsi qu’elle avait adressé de nombreux courriers ,organisé plusieurs manifestations devant l’ambassade du Yémen à Paris, rencontré des ONG et alerté les autorités françaises et belges. Par exemple, la presse yéménite avait publié la copie de la lettre ouverte que l’ARDHD avait adressé au Président yéménite pour lui demander la libération d’Aloumekani.

Finalement, grâce à une manifestation de force (plusieurs centaines d’hommes armés devant la prison de Sanaa) le gouvernement yéménite avait décidé sa libération (conditionnelle ?) immédiate, mais en principe il devait rester dans le pays à la disposition de la Justice.

Avec l’aide de différents soutiens qu’il ne nous appartient pas d’évoquer ici, Mohamed Alhoumekani avait pu rentrer en Belgique le 28 novembre 2013
_________________________
https://www.ardhd.org/2013/10/05/05-10-2013-breve-269-alerte-rouge-la-presse-yemenite-relaie-notre-lettre-ouverte-au-president-du-yemen-et-lappel-de-la-communaute-yemenite-en-europe/

https://www.ardhd.org/2013/09/05/05-09-2013-breve-217-pour-sa-manifestation-en-faveur-de-la-liberation-dalhoumekani-et-la-verite-sur-lassassinat-du-juge-borrel-lardhd-setait-invitee-en-marge-du-g20/